Bison Futé fait sa révolution numérique pour l’information trafic

siteon0

Tout le monde connaît Bison Futé, le sympathique chef indien, créé en 1976 pour apporter ses conseils et ses prévisions aux conducteurs français. Dans une moindre mesure, les automobilistes ont pu entendre parler du CNIR de Rosny-sous-Bois et des CRICR (Centres régionaux de coordination et d’information routière) Metz, Lyon, Bordeaux, Lille, Marseille, Rennes et Créteil, dont l’existence est encore plus ancienne. Ce sont ces centres qui traitent l’information routière qui sera ensuite diffusée vers les médias.

Une page se tourne, car ces centres sont amenés à disparaître, d’ici mai 2016 au plus tard, avec un redéploiement des agents.

Dans une note diffusée à la fin du mois de janvier, la direction des Infrastructures de Transport estime que ce dispositif est remis en cause, tant par l’évolution de l’organisation des administrations que par les évolutions technologiques.

Le recueil et la diffusion de l’information routière ont été pensés à une époque où la France comptait une centaine de DDE et des CETE (Centres d’Etudes Techniques de l’Equipement). Mais, cette organisation n’existe plus. Elle a été éclatée entre diverses administrations dont les DREAL (Directions régionales de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement) et le CEREMA.

Mais surtout, la technologie a tout changé. Alors que l’information routière était auparavant diffusée à la radio, avec des journalistes officiant depuis les centres de Rosny-sous-Bois et Créteil, les données sur le trafic sont aujourd’hui disponibles sur les GPS embarqués avec des acteurs comme V-Traffic et TomTom, ou encore sur les smartphones avec des services opérés par Google. De plus, des services communautaires comme Coyote et Waze sont enrichis par d’autres usagers qui contribuent à l’information routière et signalent des embouteillages.

L’Etat a donc décidé de revoir le mode de fonctionnement. C’est la raison pour laquelle les centres d’information routière vont fermer. Cet été, les services de l’Equipement devaient en principe achever de déployer un logiciel permettant de dématérialiser la chaîne de l’information depuis le système d’aide à la gestion du trafic (SAGT) jusqu’au site Internet de Bison Futé. Le travail doit s’achever en octobre avec les sociétés d’autoroutes.

Bison Futé s’était déjà modernisé à plusieurs reprises (carte en temps réel en 2005, ajouts de nouvelles fonctionnalités en 2006 et 2013, création d’une application mobile). Mais, il fallait tenir compte encore plus de la nouvelle donne numérique.

Le travail va consister à définir une nouvelle politique d’information routière, en lien avec les administrations et les gestionnaires de routes (collectivités, sociétés d’autoroutes). L’Etat stratège entend développer de nouveaux outils informatiques et de prévision qui seront concentrés sur le site de Bison Futé. Autant de données que des opérateurs privés pourront réutiliser mais dans le cadre défini par les pouvoirs publics.

Plus d’infos ici sur la gestion du trafic en France.

 

*Depuis le 1er janvier 2014, les 8 CETE, le Certu, le Cetmef et le Sétra ont fusionné pour donner naissance au CEREMA : centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s