Archives pour la catégorie La mobilité à Bordeaux

Initiatives qui font de Bordeaux une ville plus responsable et tournée vers la mobilité durable.

Greenline : une plateforme multimodale pour Bordeaux et les smart cities

Green-SmartLine_Graphics

Sur ce blog, nous avons déjà évoqué Gertrude, un système inventé dans les années 1970 afin de résoudre les problèmes d’embouteillages de la capitale girondine. Ce système de régulation des feux et carrefours s’est exporté dans une douzaine de villes, en France comme à l’Etranger. C’est un bel exemple de savoir-faire hexagonal.

Néanmoins, Gertrude souffre d’un défaut. « Le système dispose de capteurs pour analyser le déplacement des véhicules et actionner en fonction les feux tricolores, mais il ne sait pas prendre en compte les voies de bus, le tramway et les nouveaux modes de déplacement que sont le vélo en libre-service, le covoiturage et l’autopartage », indique Aadel Benyoussef, Directeur Général d’Excelerate Systems France, une société spécialisée dans les services informatiques. Il faut donc un autre système de supervision, qui sait gérer la multimodalité ».

Ce système est en cours d’élaboration, dans le cadre d’un projet qui a pour nom Greenline. Il s’articule autour de plusieurs partenaires dont Cietech, le  Centre aquitain des technologies informatiques et électroniques, Citelum, Excelerate Systems, I2S, mais aussi Gertrude et son premier responsable R&D, Franck Fournier.

L’idée est de faire un Super Gertrude, en utilisant ce qu’on appelle la BigData.

ABe_09102012-4

« Il s’agit d’une plateforme de transport multimodale, décrit Aadel Benouyssef. L’idée est de s’appuyer en complément de Gertrude sur des données, provenant de multiples sources comme les autoroutes, les parkings, mais aussi les opérateurs télécoms et les données open data que mettent à disposition des collectivités – comme Bordeaux Métropole qui est l’une des pionnières dans ce domaine – ou des compagnies de transport comme Keolis et la SNCF. Ajoutez à cela les applications communautaires du type BlablaCar, Uber et Citiz, ainsi que d’autres données publiques, et vous obtenez un système capable de prévoir la congestion et de faire des recommandations ».

Et le DG d’Excelerate Systems de souligner : « ce que nous voulons, c’est replacer l’humain et ses besoins au cœur du système. Greenline pourrait remonter des informations lors d’un parcours, et proposer aux usagers d’opter pour un autre itinéraire ou un autre moyen de locomotion, quand cela est nécessaire. Si nous pouvons accéder aux réseaux sociaux des individus, il est également possible de tenir compte de leur profil, sportif ou handicapé, pour proposer une solution sur mesure qui peut être le vélo ou le tramway. Le carnet de voyage se base sur l’analyse des sentiments, que l’on détermine à l’aide de puissants logiciels », conclut Aadel Benyoussef.

La plateforme, qui sera en partie opérationnelle au moment du Congrès ITS de Bordeaux, fera l’objet d’une démonstration sous la forme d’un planificateur d’itinéraire.

Bordeaux Métropole, qui a pour ambition de répondre en 2016 à un appel d’offres européen Smart Cities and Communities, pourrait d’ailleurs l’utiliser comme une brique pour la gestion du transport. L’outil pourrait pour sa part s’exporter vers des villes de toutes tailles, afin de résoudre les problèmes de congestion tout en proposant des services innovants.

D’ores et déjà, une version est en cours de développement pour l’extra urbain. Sous le nom de code Smartline, elle cible cette fois les déplacements depuis la lointaine banlieue et concerne plus les régions. Le projet s’inscrit dans le cadre Horizon 2020, avec le concours d’acteurs, internationaux. A ce jour, 2 villes ont fait part de leur souhait de se porter candidates pour l’expérimentation : Bordeaux et Riga (Lettonie).

Hello ma ville : l’application qui favorise l’éco mobilité

hello bordeaux

La ville de Bordeaux teste actuellement une application innovante. Elle a pour nom Hello Ma Ville et bénéficie du support de Vinci Autoroutes, à travers son Lab qui aide les start ups à réaliser leurs projets dans le numérique. L’application a été développée par la jeune société Noor et a remporté un « hackathon »*, organisé l’an dernier en partenariat avec la Communauté urbaine de Bordeaux, l’Ademe et le site de covoiturage Blablacar.

La compétition avait été organisée au Node, à Bordeaux, un lieu fréquenté par les geeks et les amateurs de technologies. Le but était de développer une application mobile utilisant les données de Vinci Autoroutes et de la CUB.

Hello Ma Ville est une sorte de coach personnel enregistrant chacun des déplacements. L’application aide à trouver une solution d’éco-mobilité sur un itinéraire donné (choix parmi 4 modes de transports), analyse les données (distances parcourues, temps de parcours) et prévoit un système de gratification lorsque l’utilisateur adopte des pratiques vertueuses.

La communauté anime une page Facebook.

 

**un «marathon collaboratif» de 48 heures pour «repenser les mobilités du quotidien.»

Bordeaux : une vitrine des mobilités de demain ?

screen568x568

Paris est souvent citée en exemple pour les mobilités alternatives, avec l’exemple du Vélib’ et plus récemment d’Autolib’ qui reste le plus grand parc d’autopartage de voitures électriques au monde. Mais, plusieurs autres villes françaises sont également engagées dans la voie du développement durable.

Qu’en est-il à Bordeaux ?

IMG_7587

La capitale girondine a été transformée par l’arrivée du tramway, opéré par le réseau TBC. Elle compte aujourd’hui trois lignes (A : Le Haillan-Floirac et Bassens-Carbon Blanc, B : Berges de  la Garonne-Pessac centre, C : Parc des Expositions-Lycée Vaclav Havel) et 90 stations. On dénombre également 76 lignes de bus et 409 autobus.

IMG_7590

Bordeaux compte par ailleurs 200 km de pistes cyclables. Les habitants ont la possibilité, via la Maison du vélo, de profiter de location gratuite longue durée de bicyclettes (jusqu’à douze mois consécutifs). La ville a investi dans le Pibal, un vélo-patinette urbain et innovant, imaginé par les Bordelais, dessiné par Philippe Starck et réalisé par Peugeot. Il est prêté gratuitement aux habitants. Par ailleurs, Bordeaux a investi dans le vélo en libre partage. En tout, ce sont 1 545 VCub qui sont proposés à la location sur 139 stations.

La carte Modalis permet de bénéficier de tarifs préférentiels et de voyager en correspondance sur les différents réseaux de transport (TER, TBC et Vcub) avec un titre de transport unique.

Il existe même une navette fluviale, la BatCub, avec deux bateaux hybrides diesel d’une capacité de 45 passagers chacun.

Pour organiser une mobilité plus douce, la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux) met à la disposition 15 parcs-relais avec près de 5 000 places de stationnement.

RenaultGroup_69089_global_fr

La ville propose également de l’autopartage sur les bords de la Garonne. Né sous le nom Autocool, le service Citiz Bordeaux propose 51 voitures dans 6 villes de la métropole. Par ailleurs, le groupe Bolloré a été retenu pour opérer le service Bluecub, avec 90 exemplaires de sa Bluecar électrique qui sont stationnées dans une quarantaine de stations et disponibles 7j/7 et 24h/24. Le covoiturage est quant à lui assuré par le site TransGironde, issu du partenariat du Département avec le Club de la Mobilité (constitué de Bordeaux-Métropole, de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux et de l’ADEME), de la Préfecture de la Gironde et la Région Aquitaine.

quai port de la lune

Quai port de la lune, photo Thomas Sanson, mairie de Bordeaux, via l’agence Canal Com.

Un site mobile est à la disposition des habitants pour se renseigner sur l’état de la circulation et les chantiers, bénéficier de temps de parcours, avoir les places de parking disponibles et consulter la carte des pistes cyclables. Il se décline aussi en application (Bordeaux Métropole circulation) pour smartphones.

challenge mob aquitaine

A noter que Bordeaux organise chaque année le Challenge de la Mobilité, qui est devenu le rendez-vous incontournable des entreprises et des collectivités de l’agglomération bordelaise pour sensibiliser leurs salariés à l’éco-mobilité. Cette année, le thème retenu pour le 17 septembre est :  » Pour un jour ou comme toujours, au travail j’y vais autrement ! qu’en voiture solo ». Cette initiative est proposée par le Club de la Mobilité, co-animé par l’ADEME, la CCI de Bordeaux et la CUB.

En février dernier, une charte des mobilités a été adoptée par Bordeaux Métropole pour faire suite au Grenelle des mobilités et réaffirmer une volonté de proposer une « mobilité fluide, raisonnée et régulée ».