Nissan mise sur la conduite autonome à Tokyo

139100_1_5 (1)

Exposant à domicile, l’allié japonais de Renault entend bien être le premier constructeur à proposer des véhicules autonomes à l’horizon 2020. Et peut-être même avant. Depuis 2013, Nissan a obtenu une dérogation pour tester une Leaf équipée de capteurs (radars, caméras, scanner laser) et pouvant rouler en mode automatisé sur route ouverte.

Les médias vont d’ailleurs pouvoir la tester pendant le salon de Tokyo, en conditions réelles dans le trafic de la capitale japonaise.

Selon Nissan, dès 2016, il sera possible de lâcher le volant en cas de bouchons sur autoroute. Et en 2018, la voiture pourra évoluer seule à vitesse normale sur ces mêmes axes de circulation. Toyota et Honda ont des projets similaires.

139111_1_5

Mais surtout, la firme dirigée par Carlos Ghosn a profité du salon pour dévoiler un concept car, l’IDS. Cette voiture du futur sera électrique mais aussi autonome.

Voir la vidéo.

139108_1_5

Quand le mode Piloted Drive est activé, le volant disparaît alors derrière le tableau de bord pour faire place à un grand écran plat. Les opérations relatives à la conduite restent contrôlées par la voix ou les gestes du conducteur, ou via l’intelligence artificielle.

139109_1_5

Les quatre sièges individuels peuvent pivoter sur eux-mêmes afin de faciliter les conversations.

139112_1_5

En permanence, les capteurs surveillent ce qui se passe autour du véhicule.

b215f231a57bb73dc00a7aa0f223c2dc37c56caa

A noter que l’IDS communique. Un message s’affiche pour laisser passer les piétons et les cyclistes dans le trafic.

139107_1_5

Lorsque le mode Manual Drive est sélectionné, l’intérieur spacieux se transforme afin de laisser le conducteur reprendre le contrôle. Tous les sièges se tournent alors vers l’avant. Le volant réapparaît, ainsi que les compteurs. L’éclairage intérieur devient bleu.

 

 

Toyota présentera ses solutions liées aux ITS au salon de Tokyo

20151016_01_01

A l’occasion du salon de l’automobile de Tokyo, et au sein de l’expo Smart Mobility 2015, Toyota mettre l’accent sur deux thèmes majeurs : le transport intelligent et l’autopartage.

Lancé récemment par Toyota, le pack de sécurité ITS Connect repose sur les communications de véhicule à véhicule (V2V) et de véhicule à infrastructure (V2I), afin d’apporter plus de sécurité au volant. Comme l’a annoncé Toyota en début de mois, le pack ITS Connect équipera la nouvelle Crown (lancée le 1er octobre) et la Prius (dont le lancement est prévu en décembre au Japon), puis un autre modèle d’ici la fin de 2015.

Sur son stand, la marque a prévu de représenter un carrefour où seront placés un modèle réduit de voiture, des capteurs de piétons et une antenne de fréquence 760 MHz. Cette simulation montrera l’efficacité du dispositif de sécurité, qui échangera des informations en temps réel avec le modèle réduit.

La démo expliquera également la fonction d’évitement de collision lors d’un virage à droite d’ITS Connect, en décrivant le fonctionnement des détecteurs de piétons ainsi que l’instant et les méthodes d’alerte du conducteur via l’interface embarquée homme-machine. Seront également présentés la notification de présence d’un véhicule de secours, une fonction d’ITS, et le régulateur dynamique de vitesse qui utilise la communication V2V pour maintenir une distance de sécurité entre les véhicules.

Le modèle choisi pour faire la démonstration de ces fonctions n’est autre que la toute nouvelle Prius. De plus, des présentoirs donneront un aperçu des services V2I et V2V mis en œuvre sur cette version du dispositif de sécurité, ainsi que de certaines technologies ITS que Toyota compte déployer à l’avenir.

L’autre thème majeur est l’autopartage. Toyota présentera ainsi Ha:mo, un service déjà expérimenté sur le terrain à Toyota City, au Japon, depuis octobre 2012 et à Grenoble, en France, depuis octobre 2014. Il vient aussi de débuter à Tokyo en collaboration avec Park24 et pourrait faire son apparition prochainement dans des lieux touristiques.

Le stand présentera également une simulation interactive. On pourra y découvrir notamment une fonction de guidage d’itinéraire basée sur un dispositif sophistiqué d’identification personnelle et de reconnaissance vocale, doublé d’un grand affichage « tête haute ». Il devrait équiper les véhicules Ha:mo de future génération.

 

Valeo s’implique dans les ITS

Valeo_InBlue_with_smart_watch_functional_illustration

On a surtout retenu de l’équipementier français sa démonstration convaincante de véhicule autonome, avec une VW Golf équipée de son fameux scanner laser (SCALA) lors du Congrès ITS de Bordeaux. Mais, Valeo est également un acteur en pointe sur la connectivité. Il développe des applications pour smartphones et montres connectées, comme le système InBlue qui permet de consulter à distance des données sur le véhicule, et même de le partager.

Ce partenaire de référence dans l’automobile s’implique même de plus en plus dans le domaine des ITS.

Ainsi, en novembre prochain, Valeo lancera avec Geely, un constructeur chinois, son premier boîtier télématique avec fonction « Emergency Call » pour permettre au véhicule de contacter directement les secours en cas d’accident. Dès 2015, tous les véhicules neufs de Russie devront être équipés en série de ce service « ERA-GLONASS ». L’équipementier travaille également sur le projet « eCall » qui est la norme équivalente pour le marché européen et qui sera, lui, obligatoire dès 2018.

Par ailleurs, Valeo coopère en Chine avec l’université de Tsinghua (Pékin) sur les premières expérimentations de la technologie Car2X, qui permet aux véhicules de communiquer entre eux et avec l’infrastructure routière.

24 h chrono pour l’innovation autour des ITS : plus fort que Jack Bauer

Digital campus

Lors du Congrès de Bordeaux sur les Transports Intelligents, des étudiants ont participé chez Digital Campus aux 24 h de l’innovation, un challenge unique en son genre qui consiste à développer en 24 heures chrono un sujet imposé.

Le défi portait l’impact de la mobilité intelligente, sur les modes de vie et sur les bénéfices que l’on peut en attendre. Plusieurs entreprises et organisations aquitaines (i2S, Ampool, le port de Bordeaux, Bordeaux Métropole…), françaises (Michelin, SNCF…) ou étrangères (eSafety aware, Transport Systems Catapult…) étaient représentées sur place afin d’expliquer leur problématique.

C’est finalement l’équipe Handi social, composée d’étudiants de l’ESTIA ainsi que de Digital Campus Bordeaux, qui a remporté la palme d’or (premier prix doté de 5000 €) après avoir réfléchi sur l’amélioration de l’accessibilité des centres villes pour les personnes à mobilité réduite, (sujet proposé par Bordeaux Métropole). Ils remportent également le prix Saturn du meilleur projet utilisant des technologies spatiales.

La deuxième place (prix doté de 3000 €) revient à l’équipe Serenity, composée d’étudiants de l’ESTIA, Digital Campus Bordeaux. Ils ont travaillé sur un nouveau véhicule autonome, sujet proposé par Michelin.

Le troisième prix (doté de 2000 €) a été attribué à l’équipe The strickers, composée d’étudiants de Digital Campus et ESTIA qui ont travaillé sur le sujet proposé par la SNCF sur l’amélioration de l’attractivité et de l’espace de vie des gares.

Enfin, la quatrième place (1000 €) a été attribuée à l’équipe les 10 LSR composée d’étudiants ESTIA et de Digital Campus Bordeaux, qui ont développé un concept de radar embarqué sur les voitures de demain et un principe de points de permis virtuel pour augmenter la sécurité routière (sujet proposé par l’association esafety aware en Belgique).

Pour information, Les 24 h de l’Innovation est une plateforme collaborative où des défis sont régulièrement proposés, sur des thématiques relatives au transport (comment récupérer l’énergie sur un véhicule terrestre à moteur, voilier du futur, quelles solutions de mobilité pour les futures mégapoles verticales), ou sur des sujets plus légers (comment favoriser la pratique de la natation en gardant les cheveux secs, les outils du futur pour le graissage d’une selle de cheval…).

Lutz Pathfinder : la voiture autonome de Catapult à ITS Bordeaux

Catapault Pod morning-027x950

On ne l’a pas vu rouler au Parc des Expositions, ni dans les rues de Bordeaux, lors du dernier Congrès Mondial sur les Transports Intelligents. Mais pourtant, ce drôle de véhicule n’est pas passé inaperçu dans l’expo, sur le stand de Transport Systems Catapult.

Le Lutz Pathfinder est un Pod, autrement dit une espèce de navette autonome qui a été conçue par RDM Group et le département de robotique de l’Université d’Oxford. Ce véhicule électrique à deux places embarque 19 capteurs.

Découvrez-le ici en photo.

L’engin doit être prochainement testé en Grande-Bretagne, à Milton Keynes près de Londres. Une quarantaine d’exemplaires devraient à terme prendre la route dans une ville anglaise, en complément de la voiture particulière et des transports en commun.

Voir la vidéo.

Une alliance pour promouvoir la mobilité comme un service

Enterprise Mobility as a Service

Pendant le dernier Congrès ITS de Bordeaux, une alliance a vu le jour. Une vingtaine d’organisations européennes* se sont réunies autour de ce qu’on appelle « Mobility as a Service » (MaaS), autrement dit un service qui permet à un opérateur de proposer le moyen de transport le plus approprié, grâce aux outils numériques (smartphone, tablette).

A la base, ce concept avait été développé lors du Congrès ITS Europe d’Helsinki. On peut encore lire en ligne le communiqué qui présente ce concept. Sampo Hietanen, le Président d’ITS Finlande, le qualifie de nouveau modèle pour le transport.

L’idée est de proposer sous forme de forfait, comme dans la téléphonie mobile, un package de mobilité qui permet d’emprunter le taxi, un véhicule de location, ainsi que les transports en commun. Une idée appuyée par la Finlande, et qu’il convient d’élargir à l’ensemble de l’Union Européenne.

Ce nouveau modèle est une opportunité pour les opérateurs de transport public et les acteurs privés de travailler ensemble autour d’un nouveau modèle économique… à condition de s’entendre sur le partage et la propriété des données.

*Les membres sont :  Agence Finlandaise pour le financement de l’Innovation (Tekes), AustriaTech, Connekt, Ericsson, ERTICO – ITS Europe, Fédération Internationale de l’Automobile (Région 1), Helsinki Business Hub, IRU, ITS Finland, ITS Sweden, ITS Ukraine, Ministère Finlandais du transport et des communications, Ministère Suédois de l’Entreprise et de l’Innovation, MOBiNET, National Mobile Payment Plc. (Hongrie), Transport for London, Vinnova, Universités d’Aalborg (Danemark) et de Tampere (Finlande) et Xerox.

Le groupement ADAS de Mov’éo et ses innovations à ITS Bordeaux

DSCN0044

Un véhicule autonome, des systèmes d’aide à la conduite et une application pour conduire de façon plus responsable : voilà ce que le Groupement ADAS du pôle de compétitivité Mov’éo a présenté lors du dernier Congrès ITS de Bordeaux.

La star du stand était une Citroën autonome. Pas la C4 Picasso qui a fait Paris-Bordeaux en mode automatisé, mais une C1, réalisée par l’Université ENSIAME de Valenciennes avec l’aide de FH Electronics (préparateur spécialisé en électronique), de Nexyad (vision artificielle) et d’Intempora (logiciel de cartographie 3D).

Nexyad a présenté également plusieurs types de caméras pour la détection d’obstacles et l’aide à la conduite : RoadNex, ObstaNex, VisiNex et SafetyNex.

IMG_8460

Une de ses innovations était également visible sur le stand de PSA, à savoir le simulateur de conduite basé sur les applications Car Safety Apps*, associant les capteurs du mobile à ceux du véhicule.

*Projet financé par le FUI, avec Continental en chef de file et la participation de PSA, Oktal, Digital Product Simulation et l’UVSQ.

La PME a par ailleurs consacré une page (en anglais) de son site au Congrès ITS de Bordeaux, avec en bonus la vidéo (en français) de l’essai du véhicule autonome de VEDECOM. Il faut dire que les aides à la conduite et l’automatisation de la conduite étaient au coeur de l’offre présentées par le Groupement ADAS de Mov’éo.

Pour sa part, Nomadic Solutions a profité de l’événement pour communiquer sur l’éco-conduite et la sécurité routière (My Route Assistant).

A noter que le pôle Mov’éo était aussi représenté au Congrès ITS par le Groupement ITS Infra qui, comme son nom l’indique, est centré sur les infrastructures.

Et retrouvez ici le compte-rendu du pôle Mov’éo sur ITS Bordeaux.

Vinci s’associe à Waze et BlaBlaCar pour une autoroute encore plus connectée et communautaire

IMG_8203_edited

A l’occasion du Congrès ITS de Bordeaux, Vinci Autoroutes a présenté la dernière version de son application pour smartphone. Utilisée par 500 000 personnes, elle propose de nombreuses fonctionnalités comme les conditions de circulation en temps réel, la possibilité de renseigner ses trajets favoris et de s’abonner à des alertes trafic personnalisées.

A ce propos, Radio Vinci Autoroutes (107.7), qui informe en continu les conducteurs sur les 4 386 km du réseau, s’est associée à Waze, la première application de navigation communautaire dans le monde.

Ce partenariat inédit, entre le monde de la route et celui de la nouvelle économie, permet de proposer aux automobilistes une information trafic plus riche depuis leur point de départ jusqu’à leur destination finale hors du réseau autoroutier.

vinci-autoroutes-blablacar_0

Par ailleurs, l’opérateur autoroutier a aussi prévu un dispositif spécifique pour accueillir les membres de BlaBlaCar. le premier réseau au monde de covoiturage.

La formule télépéage « Temps Libre Covoiturage » Vinci Autoroutes offre la gratuité des frais de gestion, à partir de deux covoiturages par mois, réservés sur BlaBlaCar et effectués sur autoroute. Pour être éligibles, les trajets doivent faire au moins 75 km, dont 50 km sur autoroute. Les frais de gestion sont également de 0 € par mois non utilisé. Le dispositif a été élargi à l’ensemble du réseau autoroutier français.

De plus, les abonnés à cette formule bénéficient désormais également d’une carte d’avantages qui leur est réservée. Cette carte propose près de 150 000 offres spéciales et « bon plans » auprès de 12 000 commerçants de proximité, dans les domaines de la mobilité, de l’automobile et des loisirs.

Pour faciliter et sécuriser le covoiturage, Vinci Autoroutes propose déjà 19 parkings dédiés sur son réseau, soit 1500 places disponibles.

Easymile à la conquête de l’Amérique avec sa navette autonome

 

IMG_7887

Lors du Congrès ITS de Bordeaux, EasyMile et GoMentum Station ont annoncé la signature d’un accord de partenariat exclusif afin de tester pour la première fois en Californie du Nord une flotte d’EZ10. Ces navettes, que l’on a pu apercevoir au congrès, sont des véhicules autonomes de  transport collectifs (VATC).

Rappelons qu’EasyMile est une coentreprise entre Ligier Group, constructeur de quadricycles légers et lourds, et Robosoft, société spécialisée en robotique de services, qui a déployé avec succès des flottes de véhicules autonomes de transport collectifs en Finlande, France, Italie, Espagne et Suisse.

Le partenariat avec GoMentum Station, société basée à Concord en Californie, témoigne de son
ambition d’être la première à déployer à des fins commerciales de ce type de véhicules aux États-Unis.

EasyMile répond aux enjeux de la  mobilité du dernier kilomètre avec des navettes autonomes proposant un mode de transport collectif à vitesse réduite. Les EZ10 seront déployées sur le site pilote de GoMentum Station à Bishop Ranch, un parc d’activité situé à San Ramon en Californie. Le projet pilote est prévu pour débuter à l’été 2016 avec deux véhicules.

PTV et INRIX choisis pour surveiller le trafic en Ile-de-France

PMV-e6e28

A l’occasion du dernier Congrès ITS de Bordeaux, la direction des routes Île-de-France (DiRIF) a choisi PTV Group, en collaboration avec INRIX, pour surveiller en temps réel la circulation et les embouteillages en région parisienne. La DiRIF va utiliser la plateforme analytique Optima de PTV qui offre un aperçu de la circulation basé sur des données en temps réel fournies par INRIX. Cela permettra de surveiller plus finement la circulation et les embouteillages sur le réseau routier.

INRIX va délivrer des données sur le trafic qui proviennent de son réseau collaboratif de véhicules et d’appareils connectés. PTV Group va intégrer et traiter ces données pour transmettre à tout moment à la DiRIF une vision plus précise et globale de la circulation sur les routes de la région.

Le centre de gestion de la circulation de la DiRIF est chargé de surveiller, contrôler et publier des informations très précises relatives aux conditions de circulation sur les routes principales de la région parisienne, qui desservent 12 millions de personnes. Grâce aux données de mouvement associées à la plateforme évolutive d’analyse de la circulation en temps réel, la DiRIF va obtenir un aperçu plus immédiat de l’état de la circulation sur plus de 2 000 km de routes.