Archives du mot-clé véhicules autonomes

La mobilité écologique en première ligne à ITS Bordeaux

 

Vedecom-convoi

Les 34 plans initiaux de la Nouvelle France Industrielle lancés en 2013 ont été regroupés en 9 solutions industrielles en mai dernier, et répondent désormais au nom générique d’Industrie du Futur. Parmi les nouvelles appellations thématiques, celle de la mobilité écologique rassemble les projets liés à la réduction de la consommation des véhicules (2 L/100 km), au véhicule électrique (dont la propulsion par une pile à hydrogène) et à l’infrastructure de charge, ainsi qu’au pilotage automatique.

Ce programme thématique est animé par Florence Lambert (DG du CEA Liten), Gilles Le Borgne (Directeur de la R&D de PSA Peugeot Citroën), Gaspar Abelan Gascon (Directeur de la R&D de Renault), Carlos Ghosn (PDG de Renault) et Francis Vuibert (Préfet hors-cadre).

Leur feuille de route est de déployer 20 000 points de charge supplémentaires ouverts au public d’ici fin 2016, de réduire de 30 % les émissions en CO2 des véhicules neufs construits en
France d’ici 2021, de créer 2 sites industriels en France d’ici 2017 pour la filière batterie et
hydrogène et de créer de 8000 à 25000 emplois en France à l’horizon 2030 dans le
secteur du stockage de l’énergie.

IMG_7956

Le Congrès ITS de Bordeaux sera l’occasion de faire des démonstrations de l’état de l’art en matière de véhicules autonomes, avec la participation de VEDECOM, Akka Technologies, Valeo mais aussi Renault. Dans le courant de l’été, PSA Peugeot Citroën a procédé aux premières expérimentations de véhicules autonomes sur route (grâce au cadre que prévoit la loi sur la transition énergétique adoptée le 22 juillet dernier), avec sa C4 Picasso. Le gouvernement a accordé des dérogations et a délivré des plaques « W véhicule autonome » sur le modèle de la plaque W garage.

L’objectif avec le véhicule autonome est d’améliorer la sécurité routière, de permettre au conducteur d’utiliser le temps de transport (78 mn en moyenne par jour pour un francilien) à autre chose, mais aussi d’optimiser et démocratiser les transports publics. Avec le développement de l’usage de véhicules modulables et de desserte automatique, il est possible d’offrir de la mobilité aux personnes vulnérables et dans les zones les moins denses.

Mais, la mobilité écologique ne résume pas à elle seule les enjeux du Congrès ITS de Bordeaux. Il faut également noter que parmi les thèmes prioritaires de l’Industrie du Futur figurent la ville durable et les transports de demain.

Publicités

Des cartes HD pour les tests de véhicules autonomes

Here rp

Alors que le Congrès sur les ITS de Bordeaux approche à grands pas, et avec lui les démos de véhicules autonomes, HERE dévoile les cartes numériques HD qui permettent justement aux constructeurs automobiles de faire des tests.

Voici par exemple un visuel de la Francilienne (N104), qui se trouve au sud de Paris entre les autoroutes A6 et A10. C’est sur cet axe que se déroulent des essais de véhicules autonomes en France. PSA Peugeot Citroën y fait par exemple rouler un C4 Picasso spécialement équipé.

La filiale de Nokia a également digitalisé avec la précision requise (10 à 20 cm de précision) un certain nombre d’axes routiers, tant aux Etats-Unis (baie de San Francisco, campus MCity dans le Michigan) qu’en Allemagne (région de Munich). Le Japon s’ajoutera à la liste d’ici la fin de l’année.

HERE introduces HD maps for highly automated vehicle testing ÔÇô All data

Les zones tests ont été digitalisées en HD, grâce aux véhicules dont dispose HERE et qui intègrent un lidar sur le toit pour capturer des milliards de points en 3D et une foule de détails sur la surface de la route et son niveau de courbure, sans oublier le marquage au sol et les panneaux.

La cartographie des systèmes de navigation jouera un rôle essentiel à bord des futurs véhicules autonomes, d’autant que la base de données pourra tenir en compte en temps réel des évolutions.

Voir la vidéo.

1-CC-21380

Pour sa part, TomTom a réalisé les premières cartes partielles pour des essais de conduite en Allemagne (autoroute A81) et aux Etats-Unis (sur l’Interstate I280). Des données qui sont exploitées par plusieurs partenaires, dont l’équipementier Bosch. Les autoroutes allemandes seront recartographiées d’ici fin 2015 pour justement autoriser la conduite automatisée.

Les cartes pour la conduite hautement automatisée se distinguent par deux points essentiels.
Outre la précision nettement accrue, le matériel cartographique est en outre constitué de plusieurs couches. Le calcul de l’itinéraire entre un point A et un point B, avec la succession des routes à emprunter, s’effectue via la couche de navigation de base. Mais, grâce à la couche de localisation, un véhicule automatisé détermine sa position précise au sein d’une voie de circulation.

1-BBM-21371

Pour ce faire, il compare par exemple des informations sur des objets (obtenues via les capteurs d’environnement) avec les informations correspondantes dans la couche de localisation. Le véhicule détermine ainsi sa position relative par rapport à ces objets. Située au-dessus, la couche de planification contient tous les attributs, à savoir marquages au sol, panneaux de signalisation ou encore limitations de vitesse, ainsi notamment que des informations sur la géométrie de la chaussée, telles que les virages ou pentes. A l’aide de la couche de planification, un véhicule automatisé décide par exemple du moment où il va quitter sa voie.

TomTom et Bosch entendent par ailleurs actualiser les cartes grâce à des flottes de véhicules équipés de capteurs appropriés. Ils seraient ainsi capables d’identifier également les modifications récentes du paysage routier, telles qu’embouteillages ou nouveaux
panneaux de signalisation. Les informations ainsi obtenues sur l’état actuel de la circulation seront alors transmises à un serveur, vérifiées et introduites dans les données cartographiques numériques.