Archives du mot-clé French Tech

Ubimobility Connected Cars France : l’opération reconduite en 2016

Google ubi

Après le succès du premier événement Ubimobility Connected Cars France, organisé conjointement avec Bpifrance, filiale de la caisse des Dépôts et de l’Etat, et Business France, l’agence française pour le développement international des entreprises, qui a permis à 8 entreprises innovantes* de rencontrer les acteurs de l’automobile et des ITS aux Etats-Unis, cet été au mois de juin, une édition 2016 se profile déjà.

A l’automne, un nouvel appel à candidatures sera lancé et le comité de sélection accueillera un nouveau juge, dont le nom sera dévoilé à ce moment-là. Rappelons que le jury de l’édition 2015 était constitué de représentants de Google, General Motors, Delphi, Valeo et des Universités de Berkeley et du Michigan.

En attendant, voici une vidéo qui permet de revivre l’édition de cette année.

Et pour se mettre dans l’ambiance de la voiture autonome, Ubimobility renvoie vers cette session de questions-réponses autour de Chris Urmson, en charge du projet « Self Driving Car » chez Google.

 

*dont Actia et Navya qui seront présentes au Congrès ITS de Bordeaux.

Publicités

La French Tech à l’assaut du marché américain des ITS

IMG_6343

Si le monde entier a rendez-vous à Bordeaux pour le congrès sur les ITS en octobre prochain, les jeunes entreprises françaises n’hésitent pas à traverser l’Atlantique pour se faire un nom sur le marché de la voiture connectée et autonome.

Business France et Bpifrance vont accompagner huit entreprises françaises, qui ont été sélectionnées sur dossier par un jury prestigieux constitué de représentants de Google, General Motors, Delphi, Valeo et des Universités de Berkeley et du Michigan.

Les lauréats de cette première édition du programme Ubimobility Connected Cars sont :

Actia : une société toulousaine spécialisée dans le diagnostic des systèmes embarqués ;

Eliocity : une startup liée au groupe Mobivia, qui a développé un boîtier, qui se branche sur la prise diagnostic du véhicule et communique les informations sur le smartphone de l’utilisateur ;

Intempora : un éditeur de logiciels spécialisé dans les applications multi-capteurs embarquées temps réel ;

Krono-Safe : une start up issue du CEA qui a créé un système d’exploitation en temps réel capable de traiter les informations transmises par de multiples capteurs ;

Navya : une société qui a repris les brevets d’Induct sur une navette 100 % électrique et autonome ;

Roadeyes : un acteur qui développe un enregistreur vidéo d’incidents pour les véhicules ;

Trust In Soft : une start up qui propose des outils d’analyse de code source pour fiabiliser les logiciels ;

Vulog : le grand spécialiste des technologies d’autopartage (Auto Bleue à Nice et bien d’autres réalisations dont un nouveau service à Vancouver).

Le 14 juin prochain, ces représentants de la French Tech s’envoleront pour les Etat-Unis. Ils vont entamer un périple de 17 jours qui les emmènera d’Ann Arbor, en banlieue de Détroit, à Chicago, puis à San Francisco, à la rencontre des acteurs majeurs de la voiture connectée et autonome.

Une opportunité unique pour s’ouvrir les portes d’un marché très prometteur. D’après le Boston Consulting Group, le marché mondial des technologies embarquées dans
l’automobile représentera 42 milliards de dollars en 2025 et 77 milliards en 2035. Un marché tiré par le véhicule autonome qui devrait représenter 13 % des ventes de véhicules neufs au niveau mondial en 2025 et près de 25 % en 2035.

*où le Department of Transportation développe un plan de mise en circulation de 20 000 véhicules connectés entre 2017 et 2019.