Archives du mot-clé autopartage

Toyota présentera ses solutions liées aux ITS au salon de Tokyo

20151016_01_01

A l’occasion du salon de l’automobile de Tokyo, et au sein de l’expo Smart Mobility 2015, Toyota mettre l’accent sur deux thèmes majeurs : le transport intelligent et l’autopartage.

Lancé récemment par Toyota, le pack de sécurité ITS Connect repose sur les communications de véhicule à véhicule (V2V) et de véhicule à infrastructure (V2I), afin d’apporter plus de sécurité au volant. Comme l’a annoncé Toyota en début de mois, le pack ITS Connect équipera la nouvelle Crown (lancée le 1er octobre) et la Prius (dont le lancement est prévu en décembre au Japon), puis un autre modèle d’ici la fin de 2015.

Sur son stand, la marque a prévu de représenter un carrefour où seront placés un modèle réduit de voiture, des capteurs de piétons et une antenne de fréquence 760 MHz. Cette simulation montrera l’efficacité du dispositif de sécurité, qui échangera des informations en temps réel avec le modèle réduit.

La démo expliquera également la fonction d’évitement de collision lors d’un virage à droite d’ITS Connect, en décrivant le fonctionnement des détecteurs de piétons ainsi que l’instant et les méthodes d’alerte du conducteur via l’interface embarquée homme-machine. Seront également présentés la notification de présence d’un véhicule de secours, une fonction d’ITS, et le régulateur dynamique de vitesse qui utilise la communication V2V pour maintenir une distance de sécurité entre les véhicules.

Le modèle choisi pour faire la démonstration de ces fonctions n’est autre que la toute nouvelle Prius. De plus, des présentoirs donneront un aperçu des services V2I et V2V mis en œuvre sur cette version du dispositif de sécurité, ainsi que de certaines technologies ITS que Toyota compte déployer à l’avenir.

L’autre thème majeur est l’autopartage. Toyota présentera ainsi Ha:mo, un service déjà expérimenté sur le terrain à Toyota City, au Japon, depuis octobre 2012 et à Grenoble, en France, depuis octobre 2014. Il vient aussi de débuter à Tokyo en collaboration avec Park24 et pourrait faire son apparition prochainement dans des lieux touristiques.

Le stand présentera également une simulation interactive. On pourra y découvrir notamment une fonction de guidage d’itinéraire basée sur un dispositif sophistiqué d’identification personnelle et de reconnaissance vocale, doublé d’un grand affichage « tête haute ». Il devrait équiper les véhicules Ha:mo de future génération.

 

Publicités

La BlueCar arrive à Arcachon

arcachon_bluecar_02

Un an après avoir conquis l’agglomération bordelaise, les BlueCar du groupe Bolloré s’installent donc sur Arcachon, pour un service d’autopartage qui débute en pleine saison touristique. Les voitures électriques  sont réparties sur quatre stations : à la gare d’Arcachon, à l’Aiguillon, plage Pereire et au Moulleau.

Le principe du système « Arcachon Blue Car » est le même que celui des « BlueCub » à Bordeaux ou des « Autolib‘ » à Paris. Moyennant un coût d’abonnement mensuel de 8,25 euros, le client pourra emprunter, à tout moment, une voiture dans la station de son choix. Pour 20 centimes d’euro la minute, soit 6 euros la demi-heure, il pourra ensuite circuler à sa guise, dans la limite de l’autonomie de la batterie du véhicule, à savoir environ 250 km. Une fois leurs courses ou leur promenade terminées, les conducteurs des « Arcachon Blue Car » pourront retourner dans la station de leur choix pour rendre le véhicule qu’ils ont emprunté.

Header--page-arcachon2

Arcachon Blue Car est compatible avec le dispositif bordelais BlueCub. Les Bordelais pourront donc désormais se rendre à Arcachon depuis la métropole et à l’inverse, les Arcachonnais et les touristes pourront se rendre à Bordeaux.

La station balnéaire est en phase avec le développement durable. En 2003, elle avait lancé le réseau de bus électriques gratuits Eho. Par ailleurs, depuis 2012, la Mairie met gratuitement à disposition de chaque foyer un vélo de ville aux couleurs d’Arcachon ou, au choix, une subvention d’un montant de 128 € pour l’acquisition d’un vélo électrique.

Sur la plage comme en métropole, l’Aquitaine adopte la mobilité intelligente. Un message fort à quelques mois du Congrès ITS de Bordeaux.

Bordeaux : une vitrine des mobilités de demain ?

screen568x568

Paris est souvent citée en exemple pour les mobilités alternatives, avec l’exemple du Vélib’ et plus récemment d’Autolib’ qui reste le plus grand parc d’autopartage de voitures électriques au monde. Mais, plusieurs autres villes françaises sont également engagées dans la voie du développement durable.

Qu’en est-il à Bordeaux ?

IMG_7587

La capitale girondine a été transformée par l’arrivée du tramway, opéré par le réseau TBC. Elle compte aujourd’hui trois lignes (A : Le Haillan-Floirac et Bassens-Carbon Blanc, B : Berges de  la Garonne-Pessac centre, C : Parc des Expositions-Lycée Vaclav Havel) et 90 stations. On dénombre également 76 lignes de bus et 409 autobus.

IMG_7590

Bordeaux compte par ailleurs 200 km de pistes cyclables. Les habitants ont la possibilité, via la Maison du vélo, de profiter de location gratuite longue durée de bicyclettes (jusqu’à douze mois consécutifs). La ville a investi dans le Pibal, un vélo-patinette urbain et innovant, imaginé par les Bordelais, dessiné par Philippe Starck et réalisé par Peugeot. Il est prêté gratuitement aux habitants. Par ailleurs, Bordeaux a investi dans le vélo en libre partage. En tout, ce sont 1 545 VCub qui sont proposés à la location sur 139 stations.

La carte Modalis permet de bénéficier de tarifs préférentiels et de voyager en correspondance sur les différents réseaux de transport (TER, TBC et Vcub) avec un titre de transport unique.

Il existe même une navette fluviale, la BatCub, avec deux bateaux hybrides diesel d’une capacité de 45 passagers chacun.

Pour organiser une mobilité plus douce, la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux) met à la disposition 15 parcs-relais avec près de 5 000 places de stationnement.

RenaultGroup_69089_global_fr

La ville propose également de l’autopartage sur les bords de la Garonne. Né sous le nom Autocool, le service Citiz Bordeaux propose 51 voitures dans 6 villes de la métropole. Par ailleurs, le groupe Bolloré a été retenu pour opérer le service Bluecub, avec 90 exemplaires de sa Bluecar électrique qui sont stationnées dans une quarantaine de stations et disponibles 7j/7 et 24h/24. Le covoiturage est quant à lui assuré par le site TransGironde, issu du partenariat du Département avec le Club de la Mobilité (constitué de Bordeaux-Métropole, de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Bordeaux et de l’ADEME), de la Préfecture de la Gironde et la Région Aquitaine.

quai port de la lune

Quai port de la lune, photo Thomas Sanson, mairie de Bordeaux, via l’agence Canal Com.

Un site mobile est à la disposition des habitants pour se renseigner sur l’état de la circulation et les chantiers, bénéficier de temps de parcours, avoir les places de parking disponibles et consulter la carte des pistes cyclables. Il se décline aussi en application (Bordeaux Métropole circulation) pour smartphones.

challenge mob aquitaine

A noter que Bordeaux organise chaque année le Challenge de la Mobilité, qui est devenu le rendez-vous incontournable des entreprises et des collectivités de l’agglomération bordelaise pour sensibiliser leurs salariés à l’éco-mobilité. Cette année, le thème retenu pour le 17 septembre est :  » Pour un jour ou comme toujours, au travail j’y vais autrement ! qu’en voiture solo ». Cette initiative est proposée par le Club de la Mobilité, co-animé par l’ADEME, la CCI de Bordeaux et la CUB.

En février dernier, une charte des mobilités a été adoptée par Bordeaux Métropole pour faire suite au Grenelle des mobilités et réaffirmer une volonté de proposer une « mobilité fluide, raisonnée et régulée ».