Place au Congrès ITS de Melbourne en 2016

ITS_outline-300x157

Après avoir fait vivre pendant plusieurs mois le Congrès ITS de Bordeaux, avant, pendant et un peu après, ce blog propose ici son dernier post. Il annonce le prochain Congrès Mondial sur les Transports Intelligents (le 23ème dans la série), qui aura lieu du 10 au 14 octobre 2016 à Melbourne.

L’Australie avait déjà accueilli un congrès mondial en 2001.

Et si cela vous intéresse, en tant qu’expert, le Congrès vient juste d’ouvrir un « call for papers ». Vous avez jusqu’au 13 janvier 2016 pour soumettre une intervention, à caractère scientifique ou commercial. Les catégories concernées sont : le Big Data, les Smart Cities, les véhicules autonomes, les applications mobiles, la sécurité routière, la logistique, le développement durable et les standardisation.

Une délégation de Bordeaux se rendra sur place l’année prochaine.

Volvo Cars begins first ever Australian tests for kangaroo safety research

Pour l’anecdote, Volvo a fait savoir qu’il travaillait sur une technologie de détection des… kangourous. A l’aide d’un radar et d’une caméra, le constructeur entend aider les conducteurs à éviter des accidents avec ces animaux pour le moins imprévisibles.

Le même Volvo doit participer dès ce mois de novembre à un test de véhicule autonome sur route ouverte, sous l’égide du ARRB Group. Parmi les partenaires figurent Bosch, Cohda Wireless, les Universités de Flinders et Carnegie Mellon, le Royal Automobile Association of South Australia et ITS Australia.

Publicités

Cohda Wireless lance un radar V2X qui pourrait devenir la référence du marché

Cohda-D4X-demo

Un an avant d’accueillir le Congrès Mondial sur les ITS à Melbourne, l’Australie a tenu à marquer sa présence à Bordeaux. La société Cohda Wireless a ainsi présenté un nouveau système radar qui se destine aux futurs véhicules connectés en V2X (communication entre véhicules et avec l’infrastructure). L’originalité vient du fait que ce n’est pas un capteur que l’on ajoute, mais un logiciel qui tourne sur une puce NXP Roadlink.

Partant du principe que le nombre de véhicules équipés en V2X sera faible au démarrage, Cohda propose tout simplement d’utiliser les signaux radio émis par les voitures et les panneaux routiers comme autant de capteurs pour analyser l’environnement. Il devient ainsi possible de détecter par effet Doppler les bâtiments et les panneaux routiers, mais aussi les véhicules non connectés et que l’on peut localiser à l’approche d’un virage avant même de les avoir en visuel.

Cela permet d’avoir l’équivalent d’un radar qui fonctionne à 360 degrés, et se montrant insensible à la pluie et au brouillard.

L’annonce a eu lieu en présence de Warren Truss, Vice-Premier Ministre du pays, qui était venu à la tête d’une forte délégation australienne à ITS Bordeaux.

Cohda-V2X-graphic

Le radar V2X de Cohda Wireless est compatible avec les standards de communication en vigueur en Europe et aux USA, que ce soit à bord des véhicules ou dans les balises en bord de route. Sans ajouter de matériel en plus dans les unités V2X, ce système aussi servir à localiser plus précisément la voiture, même dans les canyons urbains, avec une seule antenne et à condition d’avoir à bord une cartographie 3 D.

Le radar de Cohda pourrait servir de brique à bord des futurs véhicules autonomes.

ITSCorridor_V2X

Précisons par ailleurs que la société australienne a conclu des partenariats stratégiques avec NXP et Siemens pour le déploiement du V2X en Europe. Cohda participe aux tests sur le corridor ITS qui part des Pays-Bas, traverse l’Allemagne et se termine en Autriche.

L’équipe d’ITS Bordeaux sera au rendez-vous de la COP21

logo_tousensemble

Comme ce blog l’avait déjà annoncé, le comité d’organisation du Congrès ITS de Bordeaux et ATEC-ITS France remettront aux organisateurs de la COP21 le Manifeste qui reconnaît le rôle des transports intelligents en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. A ce propos, une étude récente (réalisée par une filiale d’Assystem pour l’Union Européenne) indique que les TIC appliquées aux véhicules et à l’infrastructure routière permettraient de réduire de 15 % les rejets de CO2.

solutions_COP21_experience_climat

En parallèle de la Conférence de l’ONU sur les changements climatiques, il sera possible de visiter Solutions COP21, une exposition ouverte gratuitement et à tous au Grand Palais, afin de rencontrer les acteurs qui proposent des solutions concrètes.

On y retrouvera des stands, dont un pavillon sur la mobilité, axé sur les énergies alternatives (véhicule électrique et hydrogène). Bordeaux Métropole et la Région Aquitaine ont apporté leur concours à cet événement, en particulier autour du vélo à hydrogène avec Pragma Industries et Atawey.

Des conférences sont également prévues, avec la participation active de partenaires comme Renault-Nissan et Michelin qui étaient présents à ITS Bordeaux. Et le débat se prolonge sur le web avec le Hub des solutions climat.

Au cœur de Paris, l’expo sera ouverte du 4 au 10 décembre, de 12 h à 18 h en semaine et 10 h à 20 h le week-end.

Demo vedecom autonome

Et puis au Bassin de la Villette, dans le cadre de l’animation Paris de l’Avenir, on pourra voir plusieurs véhicules écologiques. On retrouvera même le véhicule autonome de VEDECOM, celui-là même qui s’était taillé un si grand succès à ITS Bordeaux.

La RATP s’intéresse aussi au véhicule autonome

 

IMG_8383

Lors du dernier congrès ITS de Bordeaux, les visiteurs et les médias ont pu tester un certain nombre de véhicules autonomes, que ce soient des voitures (Akka Technologies, Renault, Valeo, VEDECOM) ou des navettes (Easymile, Navya).

Certains de ces véhicules avaient eu une dérogation pour pouvoir rouler sur route ouverte.

Alors que la France commence à accorder des autorisations pour des expérimentations, notamment en région parisienne, le site Mobilicités nous apprend que la RATP s’intéresse à cette technologie, en complément des transports en commun. Clément Lucchesi*, chargé de mission pilotage des programmes et participations, a annoncé lors du congrès ITS que l’opérateur de transport public allait expérimenter ce type de véhicule en 2016 à Rambouillet. « L’idée est d’effectuer des navettes entre la gare et le domicile, le véhicule se rechargeant tout seul entre deux trajets », a précisé Clément Lucchesi.

La RATP est effectivement impliquée dans un programme d’expérimentation autour du véhicule autonome, ainsi que Renault et Continental, à Rambouillet.  L’opérateur anime d’ailleurs un volet sur le transport public dans le cadre du plan sur le véhicule autonome, englobé dans la thématique Mobilité Ecologique.

*Que ce blog a approché pour une interview. Mais, il était trop tôt pour en parler pendant le congrès.

Autoliv prêt à fournir un module d’horizon électronique dans l’automobile

horizon electronique

Présent lors du dernier Congrès sur les ITS de Bordeaux, l’équipementier suédois y a annoncé l’introduction sur le marché d’un module d’horizon électronique. Ce système permet d’utiliser les informations en provenance d’une carte numérique et des capteurs à inertie pour prédire ce qui va se passer en dehors du champ de vision du conducteur. Il sert par exemple à anticiper sur des virages serrés, en renseignant l’électronique de bord sur le profil de la route.

Le module en question a la taille d’une carte de crédit. Ce concentré de technologie est une conséquence directe de l’acquisition de la branche automobile de Macom, une société américaine spécialisée dans les semiconducteurs.

La solution d’Autoliv pour l’horizon électronique permet d’équiper les gammes des constructeurs à un coût compétitif. Elle est compatible avec les services connectés reliés au cloud, et permettant entre autre la mise à jour dynamique des cartes de navigation. Ce système est disponible pour des développements ou pour une mise en production.

L’horizon électronique est une brique essentielle pour les futurs véhicules autonomes.

Volvo tablette au volant

A ce propos, il faut savoir qu’Autoliv coopère avec Volvo autour du projet DriveMe qui va déboucher en 2017 sur le test en conditions réelles de 100 véhicules autonomes dans les rues de Göteborg. La ville suédoise accueillera par ailleurs l’année prochaine le Symposium sur les Véhicules Intelligents, où ces deux partenaires – qui y ont leur siège social – seront mis en évidence.

Les innovations de Vinci à ITS Bordeaux

 

ITS vinci

Lors du dernier Congrès ITS de Bordeaux, le groupe a présenté un certain nombre d’innovations liées aux infrastructures et à la mobilité. On peut les ranger dans trois catégories :

1-La route intelligente

Smartvia Cryo : un objet connecté pour la gestion des réseaux routiers. Cet instrument de mesure et de transmission des températures de chaussée (en surface et en profondeur) a été conçu et développé par Signature Traffic Systems, en partenariat et sous l’impulsion du Centre de recherche et développement d’Eurovia. Ce système communicant, autonome en énergie et à transmission sans fil s’installe par simple carottage sur les routes existantes.

Le démonstrateur Novatherm : la chaussée qui produit de l’énergie. Des écrans thermiques sont intégrés à la chaussée et permettent, en hiver, de récupérer l’énergie issue de la géothermie pour déneiger la voie. En été, l’énergie solaire captée par la chaussée permet de fournir de la chaleur aux infrastructures existantes dans son environnement proche. La chaussée remplit ainsi le même rôle qu’un échangeur d’énergie, et présente l’avantage d’être silencieux et invisible. Cette innovation a été développée par Eurovia.

La gestion du trafic : le suivi et la gestion des flux de circulation sont au cœur des projets menés par Vinci sur ses réseaux autoroutiers, en France et à l’étranger. La solution SmarTIC développée par Vinci Energies à Prague (République tchèque) est un exemple de système de régulation permettant de gérer le trafic de façon centralisée.

2-Des transports publics plus efficaces

L’automatisation dans le métro : le poste de commande du métro automatique de Lyon, conçu par Vinci Energies, assure la circulation des rames sans conducteur et supervise les équipements installés en stations. Ce système d’aide à l’exploitation entièrement automatisé permet de gérer, de façon centralisée et sécurisée, l’ensemble du trafic de la ligne.

Le Wi-Fi dans les transports : le tramway connecté Rhônexpress. Ce nouveau tramway facilite la correspondance du voyageur entre la gare de Lyon Part-Dieu et l’aéroport de Lyon-Saint Exupéry, avec des informations pratiques en temps réel (horaires des vols et des trains, etc.), ainsi qu’une connexion Wi-Fi gratuite.

La connectivité dans les aéroports : pour répondre au besoin accru de connectivité des voyageurs, les aéroports gérés par Vinci Airports en France, au Portugal et au Cambodge offrent un service de Wi-Fi gratuit et illimité, et proposent des services connectés complémentaires.

3-La Smart City

Afin d’alimenter et de stimuler les réflexions sur l’innovation urbaine, la mobilité et les nouveaux services urbains, Vinci s’est doté d’un think tank, La Fabrique de la Cité, dont la vocation est de valoriser les initiatives pionnières, en suscitant l’échange entre les différentes parties prenantes.
Dans une démarche interdisciplinaire et internationale, les acteurs du développement urbain sont invités à se rencontrer autour de projets de recherche, et à l’occasion de séminaires. Les travaux de La Fabrique de la Cité s’organisent autour de trois grands axes : adaptation des villes existantes, mobilité durable et économie urbaine.

Un nouveau forum sur les mobilités

forum-mobilités

« Le laboratoire d’idées de la mobilité durable » : c’est ainsi que se qualifie le Forum des Mobilités, une plate-forme de débat et d’expression sur le web autour de la mobilité et du transport durable.

Ce service a été créé par le Club des voitures écologiques (CVE), le Club du dernier kilomètre de livraison (CDKL) et le Club du deux-roues motorisé (C2RM), trois entités qui dépendent en vérité d’une même société de lobbying, Com’Publics. Une structure qui organise notamment les RIVE, les Rencontres Internationales des Voitures Ecologiques, dont il est question aussi sur le site.

Le Forum des Mobilités propose de donner la parole à tous les acteurs clés du secteur, qu’il s’agisse de décideurs privés ou publics, de transporteurs ou encore de spécialistes de la production ou de la distribution d’énergie. « Il a pour objectif de favoriser le dialogue et les synergies entre opérateurs privés et pouvoirs publics », précise le communiqué qui annonce sa naissance.

Ouvert aux contributions extérieures, qu’elles émanent d’experts ou de consultants, le site assure en outre un suivi de l’actualité en matière de mobilité et de transport durables (loi sur la transition énergétique, mixité énergétique des transports…). « Cette initiative bénéficie du soutien du Groupement des autorités responsables de transport (Gart) », soulignent les co-fondateurs du Forum des mobilités.

Une initiative qui permet aussi de préparer la COP21.

L’Etat ouvre une plateforme pour réserver plus facilement des taxis

le-taxi

C’est une réponse à Uber et aux VTC, qui utilisent justement les outils numériques pour mettre en relation directement les clients avec des voitures avec chauffeur.

L’Etat va donc prochainement procéder au lancement de la plateforme « le.taxi ».

« Cette innovation majeure, issue de la loi du 1er octobre 2014 relative aux taxis et VTC, a pour objectif de développer l’accès des clients aux chauffeurs de taxi par voie électronique au moyen d’un registre national de géolocalisation », indique un communiqué du ministère de l’Intérieur.

Élément-clé de la modernisation du secteur, cette plateforme est développée par la Délégation à la Sécurité et à la Circulation Routières (DSCR) et le Secrétariat Général pour la Modernisation de l’Action Publique (SGMAP), en lien étroit avec les professionnels du taxi.

Actuellement en phase de test en conditions réelles dans plusieurs agglomérations françaises, le.taxi ouvrira progressivement au grand public à partir de la fin de l’année.

La plateforme intègre d’autres innovations majeures – comme la saisine par voie électronique des administrations ou la consultation en ligne du solde de points du permis de conduire sur le site dédié Télépoints.

Les détails et l’actualité du projet sont disponibles sur ce site.

Continental rend l’éclairage public intelligent

pr_2015_10_05_smart_light_fr-data

Lors du dernier Congrès sur les ITS de Bordeaux, dont il était l’un des animateurs, avec bon nombre d’innovations, l’équipementier allemand a aussi décliné son expertise automobile au service des infrastructures. C’est ainsi qu’on a pu voir un démonstrateur de contrôle de l’éclairage public intelligent (Intelligent Street Light Control).

Alors que les LED sont appelées à se généraliser dans les rues, d’ici 15 ou 20 ans, on peut utiliser des systèmes électroniques et des capteurs afin de transformer l’éclairage public en un « éclairage LED intelligent », que l’on pourrait même qualifier d’ « éclairage public 4.0 », et qui contribue largement à renforcer la sécurité et le confort de conduite.

L’introduction de l’électronique ouvre en effet de nouvelles perspectives.

Par exemple, la fonction de diagnostic, qui permet d’informer les opérateurs de la défaillance d’un éclairage, constitue un canal d’information adapté pour transmettre également des données collectées par des capteurs.  Il serait possible de savoir si les espaces de stationnement situés à proximité de l’éclairage sont occupés ou non (une information qui pourrait être relayée dans le Cloud). Il serait également possible de détecter des objets en mouvement. La luminosité pourrait donc être ajustée aux besoins, en fonction du type de mouvement détecté (piéton, cycliste ou voiture) et la lumière pourrait même être complètement éteinte à certains moments.

Autre cas de figure : il devrait être non seulement possible de détecter des accidents, et de garantir ainsi une aide rapide, mais également d’avertir les véhicules qui arrivent près du lieu en question.

Plus surprenant : l’éclairage public intelligent pourrait également jouer un rôle important dans la conduite autonome. Il pourrait fournir des données liées aux facteurs environnementaux, tels que la luminosité, la température, la pluie, la neige et la formation de glace.

Et on peut même y ajouter un impact sur l’électromobilité. En effet, les lampadaires à LED pourraient, à l’avenir, être équipés de bornes de recharge pour les véhicules électriques, constituant un atout supplémentaire pour leur autonomie.

Ibéo revient sur ITS Bordeaux

Ibéo démo

Le partenaire de Valeo, spécialiste des capteurs, a mis en ligne une vidéo sur sa démo lors du dernier Congrès ITS de Bordeaux. On peut y revoir le freinage automatique face à un piéton, symbolisé par un mannequin.

Chaque personne qui a fait la démo pouvait revoir ensuite sur un serveur la vidéo de son passage à bord de la voiture. Une séquence pleine d’émotions pour certains.

Visiblement, la firme allemande est satisfaite de l’édition 2015 de l’ITW World Congress. Et d’ores et déjà, elle donne rendez-vous l’année prochaine à Melbourne.