Archives du mot-clé péage

Thales lance une borne compacte pour le comptage et le péage des véhicules

Morse thales

À l’occasion du Congrès ITS de Bordeaux, Thales a présenté sa nouvelle borne MoRSE (Movable RoadSide Equipment) : une solution unique sur le marché qui concentre différentes
applications de gestion du trafic routier.

Installée sur le bord de la route, la borne enregistre les données permettant, selon
les besoins, de faire payer un péage en passage libre, de réaliser des analyses de trafic, éventuellement de mesurer les vitesses, voire de combiner ces différentes fonctions.

Ce nouvel équipement permet de répondre à la tendance du marché, qui est d’optimiser les opérations de contrôle sur les routes dans un contexte de fortes contraintes budgétaires.

MoRSE constitue une alternative technologique aux solutions de péage en flux libre via portique. Grâce à un important effort de R&D, Thales a réussi à regrouper dans une borne compacte toutes les technologies nécessaires à la gestion du trafic (lecture de plaques, classification de véhicule, balise DSRC) et à associer le logiciel de traitement et de
supervision des données.

Publicités

Le péage par smartphone testé sur l’autoroute A14

Montesson - péage NFC

Orange et le groupe Sanef ont décidé de lancer une expérimentation de paiement sans contact sur l’autoroute A14, en région parisienne. Les deux partenaires entendent ainsi anticiper les attentes des utilisateurs et leur offrir de nouveaux services pour faciliter leurs déplacements quotidiens.

Le concept repose sur la technologie NFC (Near Field Contact).

Le groupe Sanef a intégré des lecteurs NFC dans les installations existantes de la gare de péage de Montesson (A14). Les huit bornes, déjà équipées en lecteurs de cartes bancaires et télépéage avec arrêt, sont désormais opérationnelles. Il suffit de présenter le mobile, même éteint ou hors couverture, pour être débité.

Durant près d’un mois, une quarantaine d’usagers réguliers de ce péage, collaborateurs d’Orange et du groupe sanef, sont chargés de tester le système afin de détecter les failles et les points à améliorer. Une seconde phase de test de deux mois sera lancée au deuxième trimestre, avec 200 testeurs.