Archives du mot-clé Topos Aquitaine

Florence Ghiron (Topos Aquitaine) : « La filière ITS a gagné en maturité avec ce Congrès »

Ghiron its

Présidente du Comité Bordelais d’organisation du 22ème Congrès Mondial sur les ITS et Présidente du cluster Topos Aquitaine, Florence Ghiron revient pour le blog sur cet événement qui a marqué l’histoire.

Quel a été votre vécu de ce Congrès 2015 ?

C’est d’abord une très belle aventure humaine. Il y a eu des groupes de travail et un vrai collectif pour faire de ce congrès un succès. Nous sommes arrivés, je crois, à un beau résultat. Les ITS sont désormais mieux reconnus et ont une visibilité auprès du grand public. On peut aussi parler d’une plus grande maturité de ce secteur, avec une filière mieux représentée, consciente des enjeux sur les marchés. On est sorti d’un monde qui se limitait à des ingénieurs. D’ailleurs, il y a eu des contacts commerciaux au niveau de l’expo. Nous sommes arrivés à faire travailler ensemble des filières différentes, que ce soit dans le numérique, les travaux public et le spatial. Par exemple, sur le village « Space for ITS », les acteurs qui exposaient ont pu échanger avec des PME.

photo groupe

Et qu’en ont pensé les partenaires locaux ?

Nous n’avons pas encore vraiment fait le debriefing, mais ils sont contents. En raison des importantes retombées dans les médias, il y a eu un rayonnement qui a bénéficié à l’ensemble du territoire, mettant en avant les atouts de la filière ITS. Ce qui est important également, c’est que nous avons des villes-pilotes qui sont autant de territoires d’expérimentation, prêtes à accueillir l’innovation.

Comment va se mettre en place le Living Lab sur les ITS ?

Il va réunir plusieurs acteurs autour d’un plan d’action. Nous avons de l’ambition, mais nous ne voulons pas aller trop vite. D’ici la fin de l’année, le Living Lab va se doter d’une road map, avec une vision à deux ans, et annoncer de premiers projets. L’objectif est ensuite de grossir avec le temps.

Que vous ont dit les dirigeants d’ERTICO ?

Ils sont satisfaits, en raison du record de fréquentation que nous avons battu. Je crois qu’ils peuvent dire merci au dynamisme de la filière ITS en France.

Conti file démo

Quels sont les moments de ce Congrès qui vous ont le plus marqué ?

Je retiens une intervention de la Caisse des Dépôts, qui a évoqué les changements de paradigme, ainsi que les enjeux liés aux ITS, sur fond de partenariats et de big data. Leur message était qu’il fallait écouter les jeunes, qui sont des visionnaires. Bien sûr, les démos ont participé au succès de l’événement, notamment celles de véhicules autonomes – et en particulier celui de VEDECOM – qui ont beaucoup plu et impressionné. Celles sur la connectivité ont eu aussi beaucoup de succès, comme celle de Continental qui a bénéficié d’un bouche-à-oreille très positif, ou celle de NXP qui a reçu le plus grand nombre de visiteurs. La démo de Cohda Wireless a été également appréciée.

Comment voyez-vous la suite ?

Il y a encore beaucoup de travail. Chez Topos Aquitaine, nous travaillons à un rapprochement avec Digital Aquitaine, autour de la mobilité, du commerce connecté et de la logistique. L’objectif est évidemment de donner à la région une certaine visibilité. Et puis, il y a aussi la COP21 qui se profile à Paris en fin d’année. Avec ITS France, nous irons présenter le Manifeste rédigé à Bordeaux à l’issue de la table ronde ministérielle, qui reconnaît le rôle que peuvent jouer les transports intelligents pour réduire les émissions de CO2.

Publicités

Découvrez le clip officiel sur les démos du Congrès ITS Bordeaux

IMG_7883

Tourné il y a un mois, lors des répétitions au Parc des Expositions de Bordeaux-Lac, ce clip met en évidence les principaux acteurs qui proposent des démos. On y retrouve des spécialistes de la voiture autonome (Akka Technologies, Renault, Valeo, VEDECOM), des intervenants sur la voiture connectée (Continental, feux connectés du projet Compass4D, projet SCOOP@F), mais aussi les vélos à hydrogène et électriques, l’aide au déplacement pour les malvoyants et même un bus connecté (projet AGATE).

Le point commun est la géolocalisation que proposent les satellites, une thématique que porte le cluster Topos Aquitaine.

Tout cela en deux minutes et à découvrir ici.

Localisation par satellite : vers des récepteurs multi-sources et plus performants

gps-satellite_02

Tous les modes de transport ont largement recours aujourd’hui aux systèmes de positionnement par satellites, que le grand public connaît mieux sous le nom de GPS – du nom de ce système mis en place par l’US Air Force -, mais que les experts résument plus globalement sous le nom de GNSS.

En combinant ces systèmes à des capteurs embarqués et à des systèmes de communication V2X, (ou Car2X) de façon pouvoir faire dialoguer les véhicules entre eux et avec l’infrastructure, les futurs récepteurs multi-fréquence et multi-constellation amélioreront considérablement les performances en termes de positionnement et contribueront au développement d’une multitude d’applications innovantes pour les transports intelligents.

Le système Galileo apportera des services supplémentaires visant à accroître les performances, la fiabilité des applications et la robustesse du système de positionnement. En association avec le réseau EGNOS, il peut apporter un véritable plus pour le déploiement des ITS. C’est d’ailleurs tout le sens du projet Jupiter, dont il sera question à Bordeaux.

Les communications par satellites offrent ainsi un potentiel suffisant pour proposer des liaisons sécurisées à l’usage des services d’urgence et de la police, et permettre les communications entre les véhicules et les infrastructures dans des pays où les réseaux terrestres sont incomplets. Les satellites d’observation terrestre constituent en outre des sources d’informations supplémentaires pour la mise à jour des cartes numériques, la surveillance des infrastructures et des émissions, ainsi que pour les prévisions météorologiques.

Lors du Congrès ITS de Bordeaux, on pourra voir notamment des exemples d’hybridation des récepteurs GNSS avec d’autres capteurs (vidéo, lidar), de cartographie collaborative dans le cloud , ou encore de géolocalisation fiable pour les services ITS essentiels.

Dans le cadre de cet événement, le cluster Topos Aquitaine présentera justement son savoir-faire à travers le projet Live Tracking, soutenu par la région Aquitaine. Il permettra le monitoring à distance de tous les véhicules présentés lors des démos (dont les véhicules autonomes). Au sein d’une salle de contrôle reprenant les techniques de réalité augmentée, les participants pourront tracer les véhicules, vérifier leur état, et contrôler les démos sur les innovations en cours, grâce à des interfaces en 3D.

Rencontre avec les organisateurs du Congrès ITS de Bordeaux

 

reix-ghiron

Florence Ghiron et André Reix nous donnent des clés sur l’organisation de ce congrès et les ambitions et de la région. Elle est Présidente du Comité Bordelais d’organisation du 22ème Congrès Mondial ITS et Présidente du cluster Topos Aquitaine. Lui est Co-Président du conseil d’administration des Congrès mondiaux ITS et Directeur du Comité d’organisation Bordelais du 22ème Congrès Mondial ITS.

Qui organise le 22ème Congrès Mondial ITS ?

FG/AR : Ce Congrès, qui a pour thème « vers une mobilité intelligente – un meilleur usage de l’espace », est organisé par ERTICO – ITS Europe, ITS America et ITS Asie-Pacifique. Mais, il est accueilli par TOPOS Aquitaine, mandaté par la Ville de Bordeaux, Bordeaux Métropole, le Département de la Gironde et la Région Aquitaine, avec le soutien du Ministère de l’Ecologie et du Développement durable, d’ITS France, du CEREMA et de l’IFSTTAR.

Qu’est-ce que TOPOS Aquitaine ?

C’est un cluster créé en 2006 à l’initiative du Conseil régional d’Aquitaine. Labellisée par la DATAR « Grappe d’entreprises d’excellence » depuis janvier 2011, l’association regroupe plus de cinquante membres actifs aquitains ayant des compétences en matière de navigation et de localisation par systèmes de satellites, et par extension, en systèmes de transport intelligent. Ce cluster Aquitain a été créé pour tirer parti des retombées du système GALILEO, le projet de système de positionnement par satellite européen. C’est la raison pour laquelle TOPOS a souhaité, au travers de l’événement, et donc de son slogan, mettre en avant cette thématique du spatial.

Quel est le rôle de ce cluster ?

TOPOS doit également mobiliser la filière en Région, tout comme au niveau national. Pour cela il travaille en forte collaboration avec l’association ATEC ITS France, le Ministère de l’Écologie et du Développement Durable et l’IFSTTAR en national.

Pouvez-vous nous parler du comité national qui a oeuvré pour la mise en place de ce Congrès ?

En accord avec les organisateurs, ERTICO – ITS Europe, ITS America, ITS Asie – Pacifique, un comité national d’organisation du Congrès a été constitué, ainsi que 7 Groupes, chacun travaillant plus spécifiquement sur l’une des 7 thématiques du Congrès. L’objectif de ce comité national, est de mobiliser tous les acteurs de la communauté ITS française (autorités publiques nationales, régionales et locales, constructeurs automobiles et de systèmes de transport collectif, opérateurs de transport, industriels et sociétés d’ingénierie, consultants, universités, organismes de recherche, associations professionnelles et prestataires de services) dans l’implication de l’organisation de l’événement.

Et quel est son rôle ?

Il aide TOPOS à assumer toutes les obligations du pays hôte. Il est chargé des relations de haut niveau, de la recherche des parrainages et de la promotion du Congrès. Il assure les relations politiques, et contribue en particulier à l’organisation de la session ministérielle à l’ouverture du congrès, ainsi que des sessions exécutives et spéciales. Le comité national est aussi associé à l’élaboration du programme général du congrès, afin que cet événement couvre effectivement tous les aspects des ITS, qui sont pertinents pour le pays hôte et la région, y compris les visites techniques, les démonstrations, la liaison avec les conférenciers de haut niveau en provenance du pays hôte.

Comment s’organise la réussite d’une telle manifestation ?

Nos atouts pour réussir le 22ème Congrès Mondial ITS sont fondés sur notre volonté : d’intégrer tous les modes de transport (route, ferroviaire, maritime, air) ; de jouer sur la multimodalité et les modes de transport verts ; de promouvoir l’excellence scientifique ; de susciter des opportunités commerciales pour les exposants (théâtres commerciaux et interactifs au sein de l’espace d’exposition, rendez-vous d’affaires, auditorium public, zone dédiée aux autorités publiques et à leurs fournisseurs) ; de sensibiliser les Politiques et le Grand Public (table ronde ministérielle « ITS for the climate », ouverture au Grand Public sur une journée le 8 octobre, semaine ITS Bordeaux organisée par les collectivités territoriales – iMobility Challenge, couverture presse internationale).

En termes d’enjeux, nous pouvons affirmer que ce Congrès va mettre en valeur la filière française des ITS. Par ailleurs, nous allons proposer des premières pour des démonstrations en voies ouvertes de véhicules autonomes en environnement 100 % connecté.

Quelles peuvent être les retombées pour la région ?

Bordeaux a remporté face à Milan et Copenhague la candidature pour accueillir en 2015 le Congrès mondial des ITS. Après Vinexpo, il s’agira du deuxième plus grand congrès jamais accueilli dans la capitale de l’Aquitaine. On y a attend 3500 congressistes du monde entier et 10000 visiteurs.

ITS_Bordeaux_Infographic