Archives pour la catégorie Démos

Infos sur les démonstrations organisées pendant le Congrès ITS de Bordeaux

A bord de l’Innovation Truck : le camion du futur de Continental

DSCN0239

Avec le bus du projet AGATE, c’est le plus gros véhicule exposé dans le cadre des démos du Congrès ITS Bordeaux. Il s’agit de l’Innovation Truck, un camion de 25 tonnes équipé des dernières technologies de Continental.

DSCN0237

Ce poids lourd est une vitrine high-tech avec des systèmes d’aide à la conduite (ACC pour réguler les distances, horizon électronique), des applications pour smartphones, plus quelques autres extras prévus pour la démo.

DSCN0203

J’ai pu ainsi faire l’expérience derrière le volant (mais à l’arrêt) de l’affichage tête haute dans une visière qui descend du plafond et vient se superposer sur le pare-brise.

DSCN0210

Pour faire un tour, c’est un chauffeur de Continental qui s’est chargé de nous emmener. Sur quelques km, cela a permis de mettre en évidence quelques innovations.

DSCN0223

Nous avons vu ainsi l’alerte de survitesse au tableau de bord.

DSCN0205

Toujours en rapport avec l’excès de vitesse, un système rend la pédale d’accélérateur plus dure. Ce qui permet aussi d’inciter le conducteur à lever le pied.

DSCN0228

Autre aide appréciable pour les chauffeurs routiers : la surveillance en vidéo et en mode 360, grâce à des caméras disposées devant, sur les côtés et derrière. Voici l’intégralité de la démo avec des photos (et une vidéo incluse).

Publicités

NXP et le projet SCOOP@F avec PSA : deux approches de la voiture connectée avec l’infrastructure

IMG_8453

Il n’y a pas que la voiture autonome au Congrès ITS de Bordeaux. On peut y voir aussi les voitures connectées de prochaine génération. Des voitures qui dialoguent avec les autres véhicules, mais aussi avec l’infrastructure.

IMG_8450

Par exemple, PSA Peugeot Citroën a choisi de mettre en avant le projet SCOOP@F qui va se traduire par 3000 véhicules (1000 de PSA, 1000 de Renault et 1000 autres mis en service par des opérateurs d’infrastructures) reliés par le protocole Wi-Fi G5 à 2000 km d’autoroutes.

IMG_8442

Nous avons roulé sur la rocade de Bordeaux et avons pu mesurer la pertinence des messages reçus, du type chantier mobile ou alerte en cas de présence d’un piéton sur le côté de la route.

IMG_8452

Mais, l’approche va bien au-delà des messages d’urgence. Les opérateurs d’infrastructures sont intéressés pour recevoir aussi des informations envoyées de façon anonymes par les véhicules, comme des essuie-glaces activés ou le déclenchement de l’ESP. Ces données permettent de déterminer si une zone est devenue accidentogène en fonction de la météo et du trafic.

IMG_8427

Le projet français se déroule en coopération avec d’autres initiatives (corridor entre les Pays-Bas, l’Allemagne et l’Autriche, corridors en Espagne et au Portugal).

Voir les photos de SCOOP.

IMG_8423

Autre démo à voir absolument, celle proposée par NXP.  A bord de Honda, équipées pour recevoir des messages en mode Car2X, on vous propose des cas de figure très concrets.

IMG_8415

Sur l’écran de bord, on peut ainsi simuler la présence de ralentisseurs (perçus et signalés par des véhicules passés auparavant). d’un véhicule en panne, d’un chantier mobile, d’une route glissante, ou encore afficher dans combien de temps le feu va passer au feu rouge.

IMG_8408

On vous explique aussi que si un enfant porte par exemple sur un vêtement ou sur un cartable une étiquette RID (U Code), il devient possible pour un véhicule connecté de le repérer à l’avance et d’éviter ainsi les risques de collision au passage piéton.

IMG_8420

Le fin du fin, c’est la démo de lutte contre le piratage. NXP simule à un moment l’envoi d’une fausse information (présence d’un véhicule d’urgence prioritaire) à partir d’une balise en bord de route, et qui est reconnue comme telle sur l’écran de bord du véhicule.

Voir l’album photo de la démo NXP.

Congrès ITS Bordeaux : le test de la voiture autonome d’Akka

IMG_8357

C’était sans doute l’une des voitures les plus attendues de ce congrès. Au sein des démos de voitures autonomes, le prototype d‘Akka Technologies fait partie de ces happy few qui ont le droit de circuler sur route ouverte.

DSCN0015

Malgré la pluie de ce premier jour, qui rend l’expérience plus difficile, le blog du congrès ITS a pu embarquer à bord du véhicule d’Akka et faire un bout d’essai de conduite autonome en site urbain. Si l’on veut bien faire abstraction du fait que c’est un véhicule élaboré à partir d’une feuille blanche, et qu’il lui manque quelques éléments de confort (clim’) et de sécurité (ceintures de sécurité, clignotants), c’est un véhicule qui apporte un plus par son architecture by wire.

DSCN0007

Il n’y a pas de pédales et les commandes sont regroupées au volant avec des fils électriques qui permettent de gérer l’accélération et le freinage. Du coup, on peut croiser les jambes comme l’a fait la conductrice.

DSCN0010

Par ailleurs, la voiture permet de faire apparaître une tablette pour accéder à des services connectés.

DSCN0017

Mais, comme je vous le disais, nous avons roulé en mode autonome. Voici une image qui en atteste.

Le proto d’Akka se distingue aussi par l’interface homme-machine, assez inhabituelle par rapport à ce qui se pratique dans l’automobile.

Voir la vidéo et notre album photo.

DSCN0062

Et en bonus, la Link & Go 2 exposée sur le stand de la région Aquitaine.

Electrifiée, connectée, multimodale et autonome : la voiture du futur selon VEDECOM

3-4AV-Avec-logo-light

Nous avons déjà parlé sur ce blog de la Renault Zoé transformée en véhicule autonome par l’Institut pour la Transition Energétique (ITE) VEDECOM. Ce sera l’une des attractions majeures du Congrès ITS de Bordeaux qui ouvre ses portes ce matin. Ce démonstrateur est la première expérimentation en France sur routes ouvertes en zone périurbaine autour du lac de Bordeaux (trajet d’environ 7 km) avec un véhicule électrique et autonome, bi-mode (conduite manuelle et délégation de conduite de niveau 4).

Voir la vidéo.

Mais, ce n’est pas tout.

Ainsi, une plateforme de connectivité des 35 démonstrations sera mise à disposition de Topos Aquitaine, le cluster qui accueille le Congrès ITS, et qui assurera une gestion centralisée des différents éléments du système : véhicules, infrastructure de recharge, état de fonctionnement de l’infrastructure connectée, etc… VEDECOM offre ainsi aux organisateurs, la possibilité de reconstituer une « tour de contrôle » du trafic des démonstrateurs.

IMG_8312

Il sera question aussi de Micro-Grid et des nouveaux systèmes de charge. Un véhicule électrique alimentera en énergie un module d’habitation, dont l’énergie non consommée servira à produire de l’hydrogène (via une station) pour alimenter une flotte de vélos à assistance électrique.

IMG_8364

Enfin, le démonstrateur OPTICITIES – dont nous avons récemment parlé ici même – présente un service de planification de mobilité multimodale, interconnectant le smartphone et la navigation embarquée dans le véhicule. A bord de ce véhicule, on peut avoir de l’info sur tous les modes de transport et faire du covoiturage dynamique.

Voir les photos.

Véhicules autonomes et contrôle à distance par Google Glasses chez FAAR-Industry

ix cars

La PME française, créée en 2004 et experte dans l’électronique embarquée des véhicules électriques et hybrides, va présenter à ITS Bordeaux son savoir-faire dans les technologies d’automatisation des véhicules et liées à la connectivité.

FAAR Industry et l’UTBM (Université de Technologie de Belfort-Montbéliard) ont prévu de mettre en avant le projet « X i.cars ». Nous avons en avons déjà parlé sur ce blog. Il prévoit un parcours de 3 véhicules autonomes effectuant des intersections intelligentes sur le circuit en « 8 » du Parc des Expositions de Bordeaux. Le système conçu par les ingénieurs de FAAR Industry et de l’école UTBM est coopératif : les véhicules vont discuter entre eux (V2V) et avec un module de gestion dialoguant avec l’infrastructure (V2I) qui choisira lequel des véhicules est prioritaire pour circuler. Ceci permettra à l’ensemble des voitures d’adapter leur parcours pour ainsi assurer la fluidité du trafic.

IMG_7950

Par ailleurs, dans le cadre du démonstrateur « Véhicule autonome » de l’Institut VEDECOM, FAAR Industry a contribué à la création d’une voiture dite 360° intégrant les dernières technologies de pointe : gestion des radars, caméra et lidars (radar laser), couvrant tous les angles de vue, ainsi que des équipements des réseaux mobiles haut débit et leur intégration dans le véhicule. Le véhicule est conçu pour être capable de détecter le marquage au sol, reconnaître les panneaux de signalisation et adapter sa vitesse en fonction des feux tricolores détectés, les obstacles sur sa route, mais aussi les autres véhicules présents sur la voie. Ce dernier fera le tour du lac de Bordeaux sur route ouverte.

faar google glass
Le clou de l’expo sera sans doute le système d’affichage innovant du véhicule SELF-eCar que FAAR Industry a développé avec l’aide de Visteon. On pourra le voir sur le stand (C22) et sur piste. Dans l’habitacle, on retrouve les données téléchargées depuis le smartphone (navigation, contacts) sur l’écran de bord.  Le véhicule est évidemment autonome et permet de converser par téléphone ou en visioconférence pendant son trajet, en toute sécurité. Les passagers disposent aussi de leur propre connexion au système, afin de regarder des films ou naviguer sur internet, sans se gêner mutuellement, chacun disposant d’un système audio personnalisé intégré dans les appuie-têtes. Mais surtout, on peut aussi piloter certaines fonctions comme le changement de température à partir d’une montre connectée ou avec les fameuses Google Glasses. De quoi donner un air de Minority Report à cette démo, développée en partenariat avec IT Link.

Opticities : un projet pour assurer la jonction en ville entre les véhicules et le transport public

OPTICITIES

Dans le cadre des démonstrations du Congrès ITS de Bordeaux, l’institut VEDECOM fera la démonstration d’un système de navigation multimodal. Autrement dit, un système capable de guider l’automobiliste vers un parking-relais et facilitant son transfert vers un autre mode de transport. Grâce à l’interaction entre le smartphone, le véhicule et les systèmes de transports intelligents, on peut planifier un trajet multimodal.

Une même application, développée par Cityway peut prendre en compte le trafic routier, le train, le métro, le bus, le vélo partagé, etc.

C’est l’une des approches du programme européen OPTICITIES, décliné dans six villes dont Lyon pour la France.

csm_shema_opticities_Innovationbreakthrough_b4a6673a6a

L’objectif est de développer des outils pour optimiser la demande de mobilité en milieu urbain. Cela passe par la prédiction de trafic pour tous les modes, mais aussi par une meilleure coordination.

Le défi technique est d’avoir une continuité entre le système embarqué du véhicule et un prolongement sur smartphone qui prend le relais pour guider l’usager dans le réseau des transports publics.

L’objectif est de favoriser ainsi un report modal de 6 % de l’automobile vers d’autres modes (doux ou transports publics) à l’horizon 2020.

Orange va présenter ses services pour les smart cities à Bordeaux

sans-titre

Exposant au Congrès ITS de Bordeaux, l’opérateur national a prévu de faire des démonstrations. Il va notamment présenter sa vision du véhicule connecté de demain, en lien avec l’Internet des objets et les ITS coopératifs. On pourra ainsi avoir un aperçu de son architecture modulaire, qui permet d’intégrer les réseaux cellulaires et les réseaux sans fil de type Wi-Fi, afin de garantir une communication « sans couture » pour autoriser le dialogue permanent entre les véhicules et avec l’infrastructure.

L’architecture repose sur la norme de connectivité IPv6.

Orange veut proposer un pack « smart city », permettant de réserver et payer sa place de parking sur le trajet (et d’être guidé jusqu’à destination avec la cartographie) mais aussi de bénéficier de suggestions personnalisées pour les points d’intérêt. En fonction de son profil, et de ses habitudes (moulinées par ce que l’on appelle le big data), le conducteur se verra proposer des étapes.

Une façon de rendre le trajet plus interactif.

Orange s’intéresse à tout ce qui peut être connecté et entend être un acteur majeur dans le domaine des smart cities.

 

Angeo : une solution d’aide à la mobilité pour les malvoyants

angeo-2

A l’occasion du Congrès Mondial sur le Transport Intelligent, on pourra découvrir une technologie venant en aide aux personnes souffrant de déficience visuelle. Elle sera présentée par Navocap, une société d’ingénierie spécialisée dans les solutions d’aide à la mobilité pour les aveugles dans les transports publics urbains et interurbains, en coopération avec IIDRE qui fournit des capteurs de géolocalisation.

Le système Angeo repose sur un algorithme unique de positionnement, qui combine le GPS et des MEMS (microsystèmes électromécaniques) avec des capteurs à inertie. Il est 4 fois plus performant que le GPS seul en environnement urbain. De plus, il peut recevoir des informations de localisation en intérieur à partir de balises utilisant les normes Zigbee, RFID ou Li-Fi (Light Fidelity).

Le système Angeo peut même se connecter sans fil au cloud à une plateforme d’assistance.

La démo, qui part du Hall 1, consiste à simuler un trajet multimodal pour une personne malvoyante, avec de la marche, l’utilisation d’un bus et un déplacement à l’intérieur d’un bâtiment. Elle bénéficie du soutien de la Région Aquitaine. Le système Angeo, qui a été développé en partie dans le cadre d’Eurêka, peut aussi être relié à un smartphone pour faciliter la navigation.

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, 161 millions de personnes environ souffrent de déficience visuelle. En France, ce chiffre est de 112 000.

Le vélo connecté sera présenté au Congrès ITS de Bordeaux

NigiBike-Géolocalise-votre-vélo-img10

Alors que l’on célèbre en ce moment la semaine européenne de la mobilité, et que la France a décidé de mettre l’accent sur le vélo, c’est l’occasion de présenter l’une des démonstrations prévues dans le cadre du Congrès Mondial sur les ITS. La société française Nigiloc va présenter une application permettant de géolocaliser et retrouver son deux-roues en cas de vol.

IMG_7634

Basée à Dax, dans les Landes, cette start-up propose de dissimuler une balise miniaturisée dans le véhicule (vélo, cyclo, scooter, moto). Le système NigiBike peut communiquer avec le smartphone du propriétaire par une liaison Bluetooth. Si quelqu’un prend le vélo, une alerte est aussitôt transmise sur le mobile (par SMS si le smartphone n’est pas détecté).

IMG_7636

Il est ensuite possible de détecter à distance où se trouve le vélo, grâce à un partenariat avec le toulousain Sigfox, la première et la seule société qui offre une connectivité cellulaire mondiale pour l’Internet des objets, entièrement dédiée aux communications à bas débit. Sigfox réinvente la connectivité en abaissant radicalement les prix et la consommation d’énergie pour les périphériques connectés.

Ce type d’application n’est pas inutile, quand on sait que 400 000 vélos et 70 000 scooters sont volés chaque année en France. De plus, parmi les 100000 vélos retrouvés, seulement 3 000 sont restitués à leurs propriétaires faute de pouvoir les identifier.

Dernières répétitions pour le Congrès ITS de Bordeaux devant les télés

IMG_7904

Hier vendredi, Topos Aquitaine et l’agence de presse Canal Com ont organisé une rencontre avec les journalistes, un mois avant le 22ème Congrès Mondial sur le Transport Intelligent. C’est la deuxième du genre, ciblant plus particulièrement les médias audiovisuels. TF1, France 3 Aquitaine, M6, i-Télé, des télés locales (TV7) et des radios (dont RTL) ont pu ainsi tester des véhicules connectés et autonomes. Des véhicules que les photographes ont également pu « shooter ». Pauline Ducamp, de l’Usine Nouvelle, qui était déjà là aux tests de juillet, et qui suit de près les préparatifs du congrès, était de la partie.

Etaient présentés :

IMG_7901

La voiture autonome de Valeo (VW Golf Cruise 4U de dernière génération avec caméra Mobileye et capteurs intégrés), révélée en avant-première et qui a roulé sur la rocade de Bordeaux.

IMG_7907

La voiture autonome de VEDECOM (sur base de Renault Zoé avec 5 lidars, 1 radar et 2 caméras), révélée en avant-première sous sa forme définitive. Elle a roulé en site urbain, autour du parc des expositions.

IMG_7887

La navette autonome d’Easymile, qui a réalisé des rotations autour du lac.

IMG_7906

Les véhicules connectés du programme Compass4D (dialogue avec des feux communicants en Wi-Fi), prenant leurs infos dans la ville.

IMG_7914

Les véhicules connectés de PSA Peugeot Citroën (projet SCOOP@F avec freinage automatique devant un piéton et relais de l’information vers un autre véhicule qui peut à son tour s’arrêter à temps), en démo sur un parking.

IMG_7917

Le bus connecté AGATE (avec géolocalisation, appel d’urgence et système de sécurité pour le transport scolaire).

A noter qu’Akka Technologies et Navya ont pris la parole avant les démos, lors d’un briefing presse, pour présenter leurs véhicules.

IMG_7905

La Présidente de Topos Aquitaine, Florence Ghiron, a répondu aux questions de la presse. Elle s’est exprimée sur les véhicules autonomes et l’apport du congrès pour la Région.

Cette demi-journée a été l’occasion également de préparer un clip vidéo qui sera diffusé lors de la cérémonie d’ouverture du Congrès, lors de la prise de parole de Topos Aquitaine.

IMG_7963

On voit ici l’équipe de production de WiFilm tourner avec le prototype de VEDECOM. Des images ont également été prises à partir d’un drone, grâce à des partenaires du cluster spécialisé dans les techniques satellitaires.