Archives du mot-clé Gertrude

Greenline : une plateforme multimodale pour Bordeaux et les smart cities

Green-SmartLine_Graphics

Sur ce blog, nous avons déjà évoqué Gertrude, un système inventé dans les années 1970 afin de résoudre les problèmes d’embouteillages de la capitale girondine. Ce système de régulation des feux et carrefours s’est exporté dans une douzaine de villes, en France comme à l’Etranger. C’est un bel exemple de savoir-faire hexagonal.

Néanmoins, Gertrude souffre d’un défaut. « Le système dispose de capteurs pour analyser le déplacement des véhicules et actionner en fonction les feux tricolores, mais il ne sait pas prendre en compte les voies de bus, le tramway et les nouveaux modes de déplacement que sont le vélo en libre-service, le covoiturage et l’autopartage », indique Aadel Benyoussef, Directeur Général d’Excelerate Systems France, une société spécialisée dans les services informatiques. Il faut donc un autre système de supervision, qui sait gérer la multimodalité ».

Ce système est en cours d’élaboration, dans le cadre d’un projet qui a pour nom Greenline. Il s’articule autour de plusieurs partenaires dont Cietech, le  Centre aquitain des technologies informatiques et électroniques, Citelum, Excelerate Systems, I2S, mais aussi Gertrude et son premier responsable R&D, Franck Fournier.

L’idée est de faire un Super Gertrude, en utilisant ce qu’on appelle la BigData.

ABe_09102012-4

« Il s’agit d’une plateforme de transport multimodale, décrit Aadel Benouyssef. L’idée est de s’appuyer en complément de Gertrude sur des données, provenant de multiples sources comme les autoroutes, les parkings, mais aussi les opérateurs télécoms et les données open data que mettent à disposition des collectivités – comme Bordeaux Métropole qui est l’une des pionnières dans ce domaine – ou des compagnies de transport comme Keolis et la SNCF. Ajoutez à cela les applications communautaires du type BlablaCar, Uber et Citiz, ainsi que d’autres données publiques, et vous obtenez un système capable de prévoir la congestion et de faire des recommandations ».

Et le DG d’Excelerate Systems de souligner : « ce que nous voulons, c’est replacer l’humain et ses besoins au cœur du système. Greenline pourrait remonter des informations lors d’un parcours, et proposer aux usagers d’opter pour un autre itinéraire ou un autre moyen de locomotion, quand cela est nécessaire. Si nous pouvons accéder aux réseaux sociaux des individus, il est également possible de tenir compte de leur profil, sportif ou handicapé, pour proposer une solution sur mesure qui peut être le vélo ou le tramway. Le carnet de voyage se base sur l’analyse des sentiments, que l’on détermine à l’aide de puissants logiciels », conclut Aadel Benyoussef.

La plateforme, qui sera en partie opérationnelle au moment du Congrès ITS de Bordeaux, fera l’objet d’une démonstration sous la forme d’un planificateur d’itinéraire.

Bordeaux Métropole, qui a pour ambition de répondre en 2016 à un appel d’offres européen Smart Cities and Communities, pourrait d’ailleurs l’utiliser comme une brique pour la gestion du transport. L’outil pourrait pour sa part s’exporter vers des villes de toutes tailles, afin de résoudre les problèmes de congestion tout en proposant des services innovants.

D’ores et déjà, une version est en cours de développement pour l’extra urbain. Sous le nom de code Smartline, elle cible cette fois les déplacements depuis la lointaine banlieue et concerne plus les régions. Le projet s’inscrit dans le cadre Horizon 2020, avec le concours d’acteurs, internationaux. A ce jour, 2 villes ont fait part de leur souhait de se porter candidates pour l’expérimentation : Bordeaux et Riga (Lettonie).

Publicités

Gestion du trafic : une expertise reconnue en France

gertrude

Le Congrès Mondial sur les ITS de Bordeaux sera l’occasion pour les visiteurs de mesurer le savoir-faire des opérateurs français. Un savoir-faire reconnu, qu’il s’agisse de la gestion du trafic en Ile-de-France avec Sytadin, à Bordeaux avec Gertrude, Lyon avec Coraly, ou tout simplement sur l’ensemble du réseau national, où les routes françaises à fort trafic sont équipées de capteurs qui mesurent en temps réel le nombre des véhicules, leur vitesse et leur répartition par type. Ces données permettent de calculer des temps de parcours et de faire des prévisions sur les niveaux de trafic.

Les mesures de gestion dynamiques du trafic ont pour but d’optimiser l’usage des capacités disponibles :
– régulation des accès : on limite l’accès à la voie rapide afin de conserver la fluidité

– régulation dynamique des vitesses : on abaisse la vitesse limite pendant les périodes très chargées pour garantir l’écoulement

– affectation dynamique de certaines voies à certaines heures en fonction du trafic : circulation sur la bande d’arrêt d’urgence des autobus, inversion du sens de circulation pendant les pointes du matin et du soir, interdiction temporaire de dépassement pour les poids lourds, voies réservées au covoiturage.

La France a également déployé des CIGT (Centres d’ingénierie et de gestion du trafic). C’est  une structure opérationnelle chargée d’élaborer et de mettre en œuvre la stratégie d’exploitation de la route sur une zone géographique ou sur un réseau spécifique.

Les missions d’un CIGT sont de :

– coordonner les interventions des équipes de sécurité sur le terrain, gérer le trafic routier,

– informer les usagers sur les évènements en cours ou prévisibles,

– échanger des informations en temps réel avec l’ensemble de ses partenaires (CRICR*, forces de l’ordre, autres exploitants…).

Le futur se dessine déjà avec le projet SCOOP, qui consiste à faire dialoguer les véhicules avec l’infrastructure. Quelque 3 000 véhicules connectés vont ainsi évoluer à partir de cette année sur près de 2 000 km de routes. Dans le cadre de ce projet, qui associe différents gestionnaires (Etat, sociétés d’autoroutes, départements, communautés urbaines), les partenaires testeront les réseaux téléphoniques 3G-4G et les systèmes coopératifs de type G5**.

Une démo sera visible pendant le congrès ITS de Bordeaux.

 

*Les Centres Régionaux d’Information et de Coordination Routières ont été créés en 1972. On en dénombre 7 en France à Metz, Lyon, Bordeaux, Lille, Marseille, Rennes et Créteil.

**Norme définie par l’ETSI et de type Wi-Fi 802.11p