Archives pour la catégorie COP21

Informations sur l’environnement et le développement durable ayant un lien avec la conférence sur le climat prévue en fin d’année à Paris.

L’équipe d’ITS Bordeaux sera au rendez-vous de la COP21

logo_tousensemble

Comme ce blog l’avait déjà annoncé, le comité d’organisation du Congrès ITS de Bordeaux et ATEC-ITS France remettront aux organisateurs de la COP21 le Manifeste qui reconnaît le rôle des transports intelligents en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre. A ce propos, une étude récente (réalisée par une filiale d’Assystem pour l’Union Européenne) indique que les TIC appliquées aux véhicules et à l’infrastructure routière permettraient de réduire de 15 % les rejets de CO2.

solutions_COP21_experience_climat

En parallèle de la Conférence de l’ONU sur les changements climatiques, il sera possible de visiter Solutions COP21, une exposition ouverte gratuitement et à tous au Grand Palais, afin de rencontrer les acteurs qui proposent des solutions concrètes.

On y retrouvera des stands, dont un pavillon sur la mobilité, axé sur les énergies alternatives (véhicule électrique et hydrogène). Bordeaux Métropole et la Région Aquitaine ont apporté leur concours à cet événement, en particulier autour du vélo à hydrogène avec Pragma Industries et Atawey.

Des conférences sont également prévues, avec la participation active de partenaires comme Renault-Nissan et Michelin qui étaient présents à ITS Bordeaux. Et le débat se prolonge sur le web avec le Hub des solutions climat.

Au cœur de Paris, l’expo sera ouverte du 4 au 10 décembre, de 12 h à 18 h en semaine et 10 h à 20 h le week-end.

Demo vedecom autonome

Et puis au Bassin de la Villette, dans le cadre de l’animation Paris de l’Avenir, on pourra voir plusieurs véhicules écologiques. On retrouvera même le véhicule autonome de VEDECOM, celui-là même qui s’était taillé un si grand succès à ITS Bordeaux.

Publicités

Un nouveau forum sur les mobilités

forum-mobilités

« Le laboratoire d’idées de la mobilité durable » : c’est ainsi que se qualifie le Forum des Mobilités, une plate-forme de débat et d’expression sur le web autour de la mobilité et du transport durable.

Ce service a été créé par le Club des voitures écologiques (CVE), le Club du dernier kilomètre de livraison (CDKL) et le Club du deux-roues motorisé (C2RM), trois entités qui dépendent en vérité d’une même société de lobbying, Com’Publics. Une structure qui organise notamment les RIVE, les Rencontres Internationales des Voitures Ecologiques, dont il est question aussi sur le site.

Le Forum des Mobilités propose de donner la parole à tous les acteurs clés du secteur, qu’il s’agisse de décideurs privés ou publics, de transporteurs ou encore de spécialistes de la production ou de la distribution d’énergie. « Il a pour objectif de favoriser le dialogue et les synergies entre opérateurs privés et pouvoirs publics », précise le communiqué qui annonce sa naissance.

Ouvert aux contributions extérieures, qu’elles émanent d’experts ou de consultants, le site assure en outre un suivi de l’actualité en matière de mobilité et de transport durables (loi sur la transition énergétique, mixité énergétique des transports…). « Cette initiative bénéficie du soutien du Groupement des autorités responsables de transport (Gart) », soulignent les co-fondateurs du Forum des mobilités.

Une initiative qui permet aussi de préparer la COP21.

Colas lance la route solaire

Quand-la-route-devient-solaire-et-produit-de-l-electricite

Voici un exemple combinant route intelligente et développement durable. Colas présente actuellement, dans le cadre du salon World Efficiency, qui se tient actuellement à Paris, Porte de Versailles, sur le stand du groupe Bouygues, le concept Wattway.

C’est un concept de revêtement routier photovoltaïque unique au monde. Les dalles comprennent des cellules photovoltaïques enrobées dans un substrat multicouche. Ces cellules captent l’énergie solaire au travers d’une très fine feuille de silicium polycristallin permettant de produire de l’électricité. Connectées à un boîtier latéral en sous-face intégrant les composants de sûreté électrique, les dalles sont adaptables aux routes du monde entier et capables de supporter la circulation de tout type de véhicule, y compris les poids lourds.

Très fines (quelques millimètres d’épaisseur) et pourtant résistantes, antidérapantes, conçues pour durer, les dalles Wattway sont posées et collées directement sur la chaussée, sans travaux de génie civil. Elles peuvent donc utiliser les infrastructures déjà existantes.

Grâce à 1 km linéaire de route équipée de dalles Wattway, il est possible d’éclairer une ville de 5 000 habitants (sources ADEME).

4789262_6_f714_2015-10-14-9296ea2-4058-3qprqw_40418506db298e9a66c077fcf15704bb

Dès lors que la route produit de l’électricité, elle est connectée. Le développement massif de capteurs permet d’avoir en temps réel des informations sur l’état du trafic, de gérer celui-ci de façon dynamique et de mettre en place des systèmes d’autodiagnostic de la chaussée, dans une perspective de route intelligente et communicante. On peut imaginer également un rechargement des véhicules électriques par le biais de la technologie de l’induction

Wattway est proposé, pour des sites pilotes, à des partenaires publics (collectivités locales) et privés (entreprises) souhaitant participer au lancement de cette innovation dans le cadre de la politique de transition énergétique.

La sanef va tester un système favorisant le covoiturage

voie_reservee_telepeage_limitation_30kmh

La société d’autoroute va expérimenter un système de détection automatique des passagers au péage de Montesson (Yvelines) sur l’A14. Elle va installer un système avancé d’analyse d’images appelé IPD (pour In-Car Passengers Detection), qui, à partir d’une seule caméra, pourra déterminer automatiquement le nombre de personnes à bord d’un véhicule.

Le système a été développé par le japonais NEC. Cette expérimentation, qui va durer 3 mois, se fera en collaboration avec le groupe COLAS et sa filiale AXIMUM.

L’analyse d’images permet de déterminer le nombre de passagers dans un véhicule, grâce à une mesure en temps réel. Cela permet de donner accès à des voies de péage et des parkings dédiés au covoiturage sur l’autoroute. Par extension, on peut imaginer l’accès à des voies dédiées pour les covoitureurs, les taxis et les bus aux abords ou dans les grandes agglomérations. Le système permettrait de distinguer les véhicules autorisés à circuler en cas de forte pollution.

Le test, qui est une première en Europe, s’inscrit dans le cadre de la récente loi sur la transition énergétique et la Conférence internationale sur le climat (COP21).

COP21 : l’impact des ITS sur le climat

photo (35)

Comme nous l’avons déjà annoncé sur ce blog, le Congrès ITS de Bordeaux va servir aussi de rampe de lancement pour la COP21, qui aura lieu au Bourget à partir de la fin novembre. Ce matin, un atelier sur le rôle des transports intelligents en matière de développement durable et leur impact sur le changement climatique a été organisé, à l’initiative du ministère de l’Ecologie, de l’UNECE, du Challenge Bibendum et du PREDIM.

On a pu y entendre Michel Labardin, de Bordeaux Métropole, qui a évoqué l’action de Bordeaux pour faire évoluer la mobilité, avec un ensemble de solutions (tram, autopartage, covoiturage, vélo en libre-service, navettes fluviales).

Todt itsjpg

Jean Todt, le Président de la FIA, était présent à cette conférence, inscrite parmi les « associated events ».

Mais, l’information la plus importante est la publication d’un manifeste, qui a été rédigé après la table ronde plénière des ministres de lundi sur le changement climatique (fermée au public et à la presse).

Table ronde ministérielle

Que dit ce document (« Bordeaux 2015 Manifesto, ITS adressing climate change ») ? Ce manifeste reconnaît la capacité des systèmes de transport intelligent de réduire les émissions de CO2, avec des applications aussi diverses que les véhicules connectés et autonomes, l’électromobilité, l’information multimodale et les technologies qui permettent de trouver plus facilement une place de parking ou encore de diriger les usagers vers des parcs-relais pour changer de mode de transport.

Les ITS permettent surtout de mieux utiliser les infrastructures existantes. Par ailleurs, la collecte des données (big data) de façon anonyme permet aux opérateurs de transport de bénéficier d’informations précieuses pour la prédiction du trafic et les usages.

Le manifeste appelle à une action en faveur du déploiement de ces solutions, au niveau local, national et international et à un partage des bonnes pratiques. Un message qui sera relayé en France par ATEC-ITS France et Topos Aquitaine, et que l’on entendre lors de la COP21.

Bordeaux prêt à tester la voiture à hydrogène

20150610-ceagrenoblerefulling

Si l’on en croit Objectif Aquitaine, Hydrogène de France* et Bordeaux Métropole ont décidé de s’associer pour pour répondre à un appel à projets de l’Europe sur la mobilité hydrogène et financer une station-service capable d’alimenter 30 véhicules sur l’agglo.

La capitale girondine marcherait ainsi sur les traces de Grenoble et Lyon, où le projet HyWay a été déployé avec une vingtaine de véhicules (50 à terme), utilisés par des entreprises et où ont été installées deux stations de distribution d’hydrogène.

Les véhicules sont des Renault Kangoo électriques, équipés d’un prolongateur d’autonomie avec une pile à combustible. Cette technologie, fournie par la société SymbioFCell, double le rayon d’action en mode zéro émission (300 km).

Un certain nombre d’entreprises (Arom, Suez environnement, ERDF, Régaz, la SNCF, Gironde Habitat) ou encore le SDIS (Service départemental d’incendie et de secours) seraient a priori intéressés par cette forme de mobilité durable.

Les porteurs du projet espèrent qu’une trentaine de véhicules seront achetés par des entreprises et collectivités de l’agglomération puisque c’est la capacité de la station qui devrait être installée à Bordeaux Nord. L’investissement représente 1 M€, l’Europe finançant jusqu’à 70 % du projet. Elle interviendra également dans l’achat du véhicule, sa contribution devrait diminuer le surcoût de ces véhicules qui serait de 17.000 € pour l’entreprise pour un prix final de 30.500 € HT.

Bordeaux Métropole et Hydrogène de France doivent déposer leur dossier cet été. Le résultat de cet appel à projets sera connu début 2016, pour une mise en service en fin d’année.

A noter que pour sa part le Conseil Régional d’Aquitaine est impliqué dans l’appel à projets TITEC (Transfert industriel et Tests en conditions réelles), porté par l’ADEME et portant sur l’hydrogène-énergie & les piles à combustible .

En cette année de conférence COP21, où l’hydrogène sera l’une des thématiques à l’honneur, et alors que doit se tenir en octobre à Bordeaux le Congrès Mondial sur les ITS, où des vélos à hydrogène seront propos à l’essai, la mobilité durable est en bonne voie sur les bords de la Garonne.

*entreprise dirigée par Damien Havard et implantée à Lormont.

 

 

 

Des vélos à hydrogène au Congrès ITS de Bordeaux

h2 bike 2

Le Congrès Mondial sur les ITS ne concerne pas uniquement la connectivité dans les transports. Il fera aussi la part belle à l’écologie, à quelques semaines de la COP21, avec des vélos à assistance électrique de nouvelle génération.

Batterie-main

Il est en effet prévu de présenter à Bordeaux l’Alter 2 de Gitane. Ces vélos sont équipés d’une pile à combustible alimentée par de l’hydrogène, fournie par Pragma Industries. L’assistance électrique est fournie par une pile de 60 W et combinée avec une batterie au lithium. Pour l’anecdote, la pile est alimentée par une petite cartouche d’hydrogène dont le réservoir d’hydrogène a été produit par… BIC. La cartouche stocke 300 Wh d’énergie pour 500 grammes, soit un poids quatre à cinq fois inférieur à son équivalent dans une batterie lithium-ion. Ces vélos pourront refaire le plein à une station de production et de distribution d’hydrogène, le tout étant de l’innovation made in France.

Les vélos à hydrogène sont d’ailleurs actuellement en test en Aquitaine*.

h2 bike

Les organisateurs vont mettre à disposition une flotte de 10 à 20 vélos électriques à hydrogène pour le déplacement des congressistes entre le CEB (Centre des Expositions de Bordeaux) et le Palais des Congrès. Une station de recharge en hydrogène des vélos sera installée au CEB, alors qu’un parking à vélos sera aménagé au Palais des Congrès.

H2 bike 3

Du personnel qualifié sera par ailleurs posté aux deux « terminus » pour donner aux usagers plus de détails sur ces vélos électriques innovants.

 

*La Poste débute, à Bayonne et Anglet, l’expérimentation de douze de ces engins à assistance ­électrique produits par Cycleurope et qui fonctionnent grâce à des mini-cartouches d’hydrogène recyclables.

 

 

Innov’Climat : une expo à Paris sur la mobilité propre et intelligente

Innov climat

A quelques mois de la Conférence Paris Climat 2015, (COP21), le Parvis de l’Hotel de Ville accueille depuis aujourd’hui et jusqu’au 8 juillet l’Exposition Innov’Climat. C’est une initiative du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, du Commissariat Général à l’Investissement et de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, en partenariat avec la Mairie de Paris.

C’est une exposition ouverte à tous qui permet de découvrir l’innovation française pour le climat, en accès libre de 10 h à 20 h.

Les projets présentés dans cette exposition sont les outils concrets qui vont permettre d’accélérer la croissance verte en France dans la dynamique créée par la loi sur la transition énergétique portée par Ségolène Royal.

On peut notamment y voir des véhicules propres (Renault Eolab à 1 L/100 km avec moteur hybride rechargeable, véhicule électrique VeLV de PSA Peugeot Citroën, concept Hybrelec de véhicule hybride rechargeable chez Valeo et même utilitaire Renault électrique avec prolongateur d’autonomie alimenté par hydrogène de SymbioFCell), l’autopartage connecté (Koolbox de Koolicar), une station pour vélos électriques en libre-service avec des panneaux photovoltaïques (avec Green On) et un calculateur d’itinéraire multimodal (Optimod Lyon).

Autant d’éléments qui permettent de réduire l’empreinte carbone.

Cette expo donne un avant-goût de ce qui sera discuté lors de la COP21, mais aussi au Congrès ITS de Bordeaux.

Bordeaux fait un bon accueil à la mobilité électrique

RenaultGroup_67832_global_fr

Alors que l’Alliance Renault-Nissan célèbre un seuil historique, avec 250 000 véhicules électriques vendus, le hasard fait que c’est un Français, et plus précisément un habitant de Bordeaux, qui a permis de franchir ce cap. Il s’agit d’un ingénieur informatique, Yves Nivelle, qui a fait reprendre son ancien véhicule diesel de 21 ans contre une Renault ZOE.

Il a profité de l’aide du gouvernement qui, depuis avril dernier, permet la reprise de véhicules diesel d’ancienne génération contre une remise de 10 000 € pour un nouveau VE (Véhicule Electrique). « Le bonus écologique du gouvernement a fortement pesé dans ma décision, a indiqué Yves Nivelle. Mais je dois dire que j’ai été conquis dès la première fois que j’ai pris le volant de la voiture. Elle apporte un réel plaisir de conduite et je suis heureux d’apporter ma contribution à l’environnement ».

Ségolène Royal, la ministre de l’Ecologie, qui sera justement présente à Bordeaux pour le Congrès sur les ITS, en octobre prochain, appréciera sans doute ce geste.

En attendant, le groupe Renault-Nissan se félicite de ce record de vente historique, en cette année de COP21*. La moitié des véhicules électriques en circulation dans le monde sont des modèles de l’Alliance.

Bordeaux est une ville assez bien pourvue pour la mobilité électrique. On y trouve le service d’autopartage Bluecub, opéré par le groupe Bolloré (et qui associe quelques Twizy en plus des Bluecar). Wattmobile y propose également ses véhicules électriques à la location, à la gare SNCF de Bordeaux-Saint-Jean. Par ailleurs, Tesla vient d’y ouvrir une nouvelle succursale. Tesla Motors de Bordeaux est située en bordure de rocade à Mérignac, sur une surface de 1000 m2. Après Paris et Aix-en-Provence, ce site est la 3e adresse de Tesla en France.

Par ailleurs, il faut souligner que plusieurs véhicules électriques seront utilisés pour les démonstrations du Congrès ITS de Bordeaux, que ce soit chez VEDECOM, AKKA Technologies, Renault, ou encore Navya et Easymile pour les navettes autonomes. 

*Dont il est l’un des partenaires.

Michelin se mobilise pour le climat à l’occasion du Congrès ITS

michelin-99423

La question du changement climatique sera abordée lors du 22ème Congrès Mondial sur les ITS. Il y aura d’une part une conférence ministérielle « ITS for the climate », le premier jour dans l’après-midi, le 5 octobre, mais aussi une session spécifique prévue le 7 octobre organisée par l’UNECE (Commission Economique pour l’Europe des Nations Unies) et la PREDIM* (Plateforme de Recherche et d’Expérimentation pour le Développement de l’Innovation dans la Mobilité). Elle se fera en association avec l’IAU îdF (Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France) et Michelin, via le Challenge Bibendum*.

Que vient faire le fabricant de pneus dans ce type d’événement ?

Il se trouve que Michelin est un pionnier de la mobilité durable. Il s’intéresse depuis longtemps aux énergies nouvelles en tant que partenaire des constructeurs automobiles et son intérêt pour l’univers du digital l’amène à considérer les évolutions dans le domaine du véhicule connecté et du transport intelligent.

D’autre part, la firme de Clermont est partenaire de la COP21, la fameuse conférence sur le climat qui aura lieu au Bourget près de Paris, vers la fin de l’année. Il est vrai que le transport sera l’un des domaines où des actions seront nécessaires. Il faut savoir qu’il représente 23 % des émissions de CO2 dans le monde et que c’est le premier secteur en consommation d’énergie dans 40 % des pays du monde.

Michelin a contribué d’ailleurs à la création d’une plateforme qui a pour nom PPMC (Paris Process on Mobility and Climate), et qui a été dévoilée fin mai dans le cadre de la conférence des ministres européens du Transport à Leipzig. A travers le Challenge Bibendum, qui est sa structure de réflexion sur la mobilité durable, et avec l’aide du Slocat (Sustainable Low Carbon Transport), la firme de Clermont appelle à un regroupement des acteurs du transport pour avancer des propositions lors de la conférence de Paris. 150 membres seraient déjà recensés dans le cadre de la plateforme.

Le PPMC regroupe l’automobile (à travers la mobilité électrique et la réduction de consommation), le transport routier, l’aviation, le train et les transports publics. Il organisera un Transport Day le 6 décembre à Paris, pendant la COP21.

Mais, avant la conférence sur le climat, la session du 7 octobre pendant le Congrès ITS de Bordeaux sera déjà l’occasion d’évoquer le rôle que peuvent jouer les technologies liées au transport intelligent pour atténuer le réchauffement. Il sera question entre autres d’éco-conduite, de véhicules autonomes, de logistique urbaine et de transfert vers d’autres modes de déplacement grâce aux applications mobiles.

Michelin s’associe à cette démarche en faveur d’un transport plus efficace.

 

*Plateforme qui réunit l’Etat (Ministères chargés des Transports, de l’Industrie et de la Recherche), le GART, le STIF, l’UTP, la Ville de Paris, la FNAUT, l’ADEME, l’association ATEC-ITS France, l’IFSTTAR et le CNRS.

**Evénement qui sert à promouvoir la mobilité durable au niveau international et qui joue le rôle d’un think Tank. La première édition a eu lieu en 1998 en France à Clermont-Ferrand et la dernière en 2014 à Chengdu en Chine.

Télécharger le Livre Vert du Challenge Bibendum 2014